“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Violences sexuelles en hausse, Cambriolages et vols en baisse... On connaît les chiffres de la délinquance sur la Côte d'Azur du 1er semestre 2019

Mis à jour le 17/07/2019 à 22:19 Publié le 17/07/2019 à 11:07
En 2018, dans les Alpes-Maritimes, sept femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-compagnon.

En 2018, dans les Alpes-Maritimes, sept femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-compagnon. Photo N.-M.

Violences sexuelles en hausse, Cambriolages et vols en baisse... On connaît les chiffres de la délinquance sur la Côte d'Azur du 1er semestre 2019

L’État-major de la sécurité dans les Alpes-Maritimes, qui a présenté lundi les chiffres de la délinquance du 1er semestre 2019, a fait de la lutte contre les violences sexuelles une priorité

Les cambriolages et les vols en général en baisse de -8,80% depuis le début de l’année. Mais les atteintes à l’intégrité physique des personnes en hausse de 6,60% comparativement aux six premiers mois de 2018.

L’État-major de la sécurité dans les Alpes-Maritimes, qui regroupe le préfet, les grands patrons de la police nationale et de la gendarmerie du département ainsi que les procureurs de la République de Grasse et de Nice, a révélé, lundi lors d’une réunion présidée par le directeur de cabinet du préfet Jean-Gabriel Delacroy, les indicateurs de la délinquance générale.

Les femmes et les enfants, premières victimes des violences intrafamiales

Parmi ces chiffres: 38% d’augmentation des violences intrafamiliales et sexuelles. Des violences dont les premières victimes sont des femmes et des enfants. L’explosion de cette statistique interpelle.

Toutefois, Jean-Michel Prêtre, le procureur de Nice, prévient: "Ce n’est pas une augmentation réelle des faits mais une augmentation des faits constatés".

En clair, la parole se libère. Un peu.

"Les femmes doivent voir les institutions donner une suite. Pour que les violences s’arrêtent, pour qu’elles puissent se reconstruire", martèle le magistrat.

Le système espagnol

Et cette cause reste plus que jamais "une priorité" alors qu’en France, depuis janvier, 76 femmes sont tombées sous les coups de leur conjoint ou de leur ex.

Dans les Alpes-Maritimes, les chiffres ne sont pas encore établis. Mais, l’agression d’une Antiboise retrouvée dans une mare de sang, le soir de la Fête de la musique, à Nice, est dans toutes les têtes.

"L’auteur présumé a été interpellé très rapidement. C’était une priorité", insiste le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-François Illy.

Côté gendarmerie, le colonel Henri-Louis Deiber évoque lui aussi "un axe d’effort important": prévention, partenariats avec des associations de protection, référents pour l’accueil des victimes,téléphones grand danger, etc.

"On n’est pas encore tout à fait au bout de ce qui est possible mais on y travaille", assure le procureur de Nice, pas défavorable à "se rapprocher du système espagnol", pays pionner dans ce domaine.

En septembre, le gouvernement ouvrira un "Grenelle des violences conjugales". 

les indicateurs

Atteintes aux biens: -8,80% dont vols sans violence -9,30%; vols de véhicules - 4,10%; cambriolages -15,70%; vols avec violence -11,50%.

Atteintes volontaires à l’intégrité physique-violences intrafamiliales +6,60% dont violences physiques crapuleuses -11,10%; violences physiques non crapuleuses +7%; violences sexuelles +38,10%.

Taux d’élucidation: Police nationale +6,25%; Gendarmerie +29,20%.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.