“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Violences faites aux femmes : sensibilisation avant l’action

Mis à jour le 23/11/2019 à 10:19 Publié le 23/11/2019 à 10:19
« Face à la violence faite aux femmes, agissons ! », le slogan de cette journée de mobilisation portée notamment par un vidéoclip où la danseuse Alessandra Tognoloni et le basketteur Yakuba Ouattara interviennent.

« Face à la violence faite aux femmes, agissons ! », le slogan de cette journée de mobilisation portée notamment par un vidéoclip où la danseuse Alessandra Tognoloni et le basketteur Yakuba Ouattara interviennent. Michael Alesi / Dir. Com.

Violences faites aux femmes : sensibilisation avant l’action

Lundi, une campagne sera lancée et une pièce de théâtre ouverte au grand public. Car Monaco n’est pas épargné par le phénomène des violences à l’égard des femmes

Face à la violence faite aux femmes, agissons ! Le slogan est direct et devrait rythmer, ce lundi, la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Un rendez-vous qui prendra la forme de la sensibilisation cette année en Principauté. C’est une des missions du Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes qui organise de cette journée internationale.

« Nous souhaitons sensibiliser et informer le public sur ces questions pour ne plus être spectateur et devenir acteur. Et faire que la parole des femmes puisse se libérer », souligne Céline Cottalorda, déléguée pour la promotion et la protection du droit des femmes.

26 cas à Monaco depuis janvier

Les chiffres montrent que Monaco n’est pas épargné par ce fléau. « Depuis le début de l’année, l’Imsee a recensé 26 cas de violences envers des femmes enregistrées par la Sûreté publiques. La moitié de ces faits sont des violences physiques, et un quart des violences sexuelles. »

Des cas de trop pour Céline Cottalorda qui compte renforcer l’action en 2020 pour libérer la parole et accompagner les femmes dans ces situations. Début décembre, le comité devrait livrer les premières conclusions d’une année d’activités pour pouvoir agir sur ces questions en Principauté.

« On verra quel type d’actions, selon les spécificités de notre pays. Nous étudions également ce qui se fait ailleurs, dans les pays scandinaves, en Espagne ou au Canada, le but étant d’avancer sur l’égalité homme-femme et de prendre en charge les cas qui touchent la Principauté. Toutes les bonnes pratiques sont à étudier. »

Un message vidéo

En attendant, la prévention commencera lundi par un message vidéo made in Monaco. Le clip met en scène une danseuse des Ballets de Monte-Carlo, Alessandra Tognoloni, qui évoque la violence dans une chorégraphie. À la fin de la performance, le basketteur de la Roca Team, Yakuba Ouattara, brandit la pancarte #violencesfemmesjagis, pour appeler à ne pas rester muet.

Pour accompagner la journée, au théâtre Princesse-Grace, sera proposé le spectacle On aurait pu dire quelque chose. Une pièce qui aborde ces questions, interactive, où les comédiens dialoguent avec le public. La séance de 18 heures, lundi, est ouverte au grand public, celle de l’après-midi sera réservée aux classes de Seconde

« C’est essentiel d’apprendre à nos élèves la vie en communauté mais aussi l’égalité entre les garçons et les filles, le vivre ensemble », se félicite la directrice de l’Education nationale, Isabelle Bonnal, qui soutient le projet. L’association Soroptimist s’associe également à l’initiative, dans la lignée de sa philosophie de défendre le droit des femmes depuis bientôt un siècle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.