“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Vaccination contre la Covid-19: les livraisons du vaccin Pfizer vont connaitre un retard de trois à quatre semaines dans l'UE

Mis à jour le 15/01/2021 à 16:41 Publié le 15/01/2021 à 16:25
Première injection du vaccin Pfizer-BioNTech COVID 19 à Antibes, vaccination à l'ehpad Les balcons de la Fontonne le 31 décembre 2020

Première injection du vaccin Pfizer-BioNTech COVID 19 à Antibes, vaccination à l'ehpad Les balcons de la Fontonne le 31 décembre 2020 Clement Tiberghien/NICE MATIN

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Vaccination contre la Covid-19: les livraisons du vaccin Pfizer vont connaitre un retard de trois à quatre semaines dans l'UE

Les livraisons aux pays de l'UE des quantités prévues de vaccins Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 vont connaître des retards dans les trois à quatre prochaines semaines en raison de travaux dans l'usine où ils sont fabriqués, indique le ministère allemand de la Santé.

Un coup dur pour mieux approvisionner plus tard? C'est ce qui semble se dessiner dans cette affaire. Ce vendredi 15 janvier, le ministre allemand de la santé a annoncé que les livraisons du vaccin Pfizer/BioNTech allaient connaitre un retard de livraison à destination des pays de l'UE. Il faudra compter entre trois semaines et un mois de retard. 

"La Commission européenne et, par son intermédiaire, les Etats membres de l'UE ont été informés que Pfizer ne serait pas en mesure de respecter pleinement les quantités de livraison promises pour les trois à quatre prochaines semaines en raison de rénovations à l'usine de Puurs", en Belgique, explique un communiqué du ministère de la santé allemand.

Des travaux dans l'usine de Puurs pour modifier la structure de production

Le laboratoire américain Pfizer a confirmé ce vendredi que ses livraisons de vaccins allaient ralentir fin janvier-début février, le temps de faire des modifications dans le processus de production et ainsi augmenter la cadence pour les semaines suivantes. "Pfizer travaille d'arrache-pied pour livrer plus de doses que prévu initialement cette année avec un nouvel objectif déclaré de 2 milliards de doses en 2021", a justifié le groupe dans un message transmis à l'AFP.

Les modifications à effectuer dans la structure de production "nécessitent des approbations réglementaires supplémentaires" et il pourra y avoir en conséquence "des fluctuations dans les calendriers de commandes et de livraisons dans l'usine de Puurs (en Belgique, NDLR) dans un avenir proche pour nous permettre d'augmenter rapidement les volumes de production", est-il ajouté. Pfizer n'a pas en revanche précisé si les retards de livraison de son vaccin, développé en collaboration avec le groupe allemand BionTech et autorisé dans plusieurs pays à travers le monde, ne concernaient que l'Europe ou également d'autres régions.

Les ministres de l'UE sérieusement préoccupés

Les ministres de la Santé de six pays de l'Union européenne ont exprimé vendredi leur "sérieuse préoccupation" quant aux retards de livraison du vaccin Pfizer/BioNTech, dans une lettre commune. Les ministres du Danemark, de l'Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède ont dénoncé dans cette lettre une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination".

Mais Ursula Von der Leyen, s'est faite rassurante. Elle affirme que le laboratoire Pfizer a assuré à l'UE que les doses promises au 1er trimestre seraient livrées comme prévu. 

Une baisse de 18% des livraisons pour la Norvège

Le laboratoire avait annoncé lui-même une baisse des livraisons de vaccins anti-Covid vers la Norvège et l'Europe, le temps d'améliorer ses capacités de production, ont annoncé les autorités norvégiennes. L'Institut norvégien de santé publique (FHI) n'a pas précisé l'ampleur de la réduction des livraisons pour l'Europe mais la baisse pour la Norvège devrait être proche de 18% la semaine prochaine.

"La réduction temporaire affectera tous les pays européens"

"La réduction temporaire affectera tous les pays européens", a indiqué le FHI dans un communiqué. "Il n'est pour l'instant pas clair combien de temps précisément cela va prendre avant que Pfizer renoue avec une capacité de production maximale, qui sera portée de 1,3 à 2 milliards de doses" par an, a-t-il ajouté.

Selon Geir Bukholm, un de ses hauts responsables, le FHI a été notifié de cette baisse de régime vendredi matin. Le FHI dit désormais s'attendre à ne recevoir la semaine prochaine que 36.075 doses contre 43.875 escomptées auparavant, soit une baisse de 17,8% pour le royaume scandinave.

Comment la Norvège va-t-elle s'organiser?

Pour compenser cette baisse, la Norvège va puiser dans le stock de précaution de vaccins qu'elle avait constitué à la réception des premières doses. "Nous (...) avons maintenant la possibilité de compenser la réduction des livraisons grâce au stock d'urgence que nous avons en Norvège", a dit M. Bukholm, cité dans le communiqué. "Ce stock à notre disposition permettra de compenser une réduction des livraisons prévues pendant quelques semaines à l'avenir, si le besoin s'en fait ressentir", a-t-il ajouté.

S'il n'est pas membre de l'Union européenne, le pays nordique y est étroitement associé dans de nombreux domaines, y compris dans le cadre de l'achat de vaccins anti-Covid négocié par Bruxelles. Comme bon nombre de pays européens, Oslo a commencé la campagne de vaccination avec le vaccin Pfizer/BioNTech le 27 décembre et a injecté le premier vaccin du rival Moderna vendredi. Jeudi, 42.003 personnes avaient été vaccinées contre le Covid dans le pays, soit 0,78% de la population.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.