Rubriques




Se connecter à

Une étude statistique sur les violences faites aux femmes à Monaco sera publiée en 2020

Après avoir publié une étude sur la place des femmes dans l'entreprise, l'IMSEE poursuit sur sa lancée et sortira deux études prochainement : l'une sur les écarts de salaire, et l'autre sur les violences

Arnault Cohen Publié le 01/10/2019 à 08:45, mis à jour le 01/10/2019 à 08:34

Fin 2018, le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes a sollicité l’Imsee pour réaliser deux études. L’une portera sur les violences commises envers les femmes en Principauté ; l’autre sur les écarts de salaires entre les hommes et les femmes, dans les entreprises et les administrations monégasques, ainsi que la position des femmes dans la hiérarchie de ces structures. Jamais une étude de ce genre n’a été réalisée en Principauté.

"Ce sont deux gros sujets d’actualité pour nous qui vont nous occuper une bonne partie de l’année et une partie de 2020", estime Sophie Vincent.

Celui sur les violences faites aux femmes, avec la recrudescence constatée du nombre de féminicides en France, est au cœur de l’actualité. "Nous travaillons sur des données hypersensibles, très personnelles. Nous recueillons des données anonymisées auprès d’entités comme la Daso (Direction de l’action et de l’aide sociales), la Sûreté publique, le parquet, l’Avip (Association pour les victimes d’infractions pénales) et probablement aussi le service des urgences du CHPG."

Quantifier pour prendre des mesures

L’objectif de cette enquête ? "On cherche à quantifier le phénomène des violences commises envers les femmes, déterminer le type de violences, les lieux où elles sont commises (au travail, dans la sphère familiale, sur la voie publique), le profil des auteurs, puis catégoriser ces violences (psychologiques, sexuelles, économiques, physiques, harcèlement au travail…)", poursuit la directrice de l’Imsee. L’idée est d’avoir une photographie de cette thématique délicate en Principauté. Pour ensuite permettre au gouvernement de prendre des mesures de prévention et d’information pour contrer le phénomène.

 

À partir de ces données statistiques, l’Imsee projette de réaliser d’autres focus, notamment sur la place des femmes dans les professions libérales, par exemple. "Sur la base de ce travail statistique, nous avons ainsi la possibilité de réaliser de nombreuses études", se réjouit Sophie Vincent. C’est d’ailleurs un souhait du gouvernement et du Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes en Principauté.

Une préoccupation nouvelle en Principauté. Et salutaire.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.