“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un troupeau de brebis attaqué par un loup dans le Var, bilan catastrophique pour cet éleveur depuis décembre

Mis à jour le 26/02/2021 à 11:26 Publié le 26/02/2021 à 10:56
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Un troupeau de brebis attaqué par un loup dans le Var, bilan catastrophique pour cet éleveur depuis décembre

Le loup avait déjà attaqué son troupeau en décembre dernier à La Verdière. L’éleveur Christian Menut en est de nouveau la victime. Il a perdu 135 bêtes depuis début décembre.

Cette fois, c’est sa bergerie de Ginasservis, pourtant proche de la route départementale, qui a été visée. Dans cette bergerie, tous les moyens de protection ont été mis en place, sans compter les patous, toujours aux aguets.

Las, onze agneaux et brebis ont été égorgés dont une entièrement "consommée", ce qui porte à plus de 135 le nombre de bêtes mortes depuis début décembre. Un sinistre considérable, une fois de plus, sans compter les dégâts collatéraux. La brebis morte, l’agneau ne tète plus et dépérit. L’agneau mort, la mère ne peut plus allaiter, son lait tourne dans ses mamelles engorgées. À terme elle ne pourra plus jamais donner son lait, ou mourra.

"Les politiques prendront-ils un jour conscience du problème?"

Le bilan psychologique est également lourd pour les humains. Un berger est parti. Une bergère s’est trouvée nez à nez avec le loup, portant dans sa gueule une brebis égorgée. Elle ne veut plus aller dans la colline. L’autre bergère n’est pas rassurée, après les deux attaques de la bergerie.

"Notre travail, c’est notre passion, ce n’est pas de voir nos moutons tués et de ramasser les cadavres", se désole Christian Menut. Une brigade loup a été mandatée par le préfet sur La Verdière. Pas un loup n’aurait été prélevé. "C’est à croire que le loup a compris qu’il devait changer de lieu".

Guillaume Menut, le fils de Christian, use d’une image pour bien faire comprendre son désarroi: "C’est comme si on construisait un mur, sans cesse démoli, et que l’on doive le reconstruire. Sauf qu’ici ce sont des êtres vivants". Christian, accablé, va demander un rendez-vous au préfet. "Les politiques prendront-ils un jour conscience du problème? C’est notre source de revenus qui disparaît."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.