Rubriques




Se connecter à

"Un manque de fraternité", refoulé du Dîner des Chefs du Président Macron, Marcel Ravin ne décolère pas

Refoulé du Dîner des Chefs du Président Macron organisé dimanche soir à Lyon dans le cadre du Sirha, le chef étoilé Marcel Ravin ne décolère pas. A Monaco-Matin il raconte ce qu’il considère comme étant une humiliation et regrette "un manque de fraternité".

Julie Baudin Publié le 27/09/2021 à 18:48, mis à jour le 27/09/2021 à 18:44
Marcel Ravin est étoilé depuis 2015. Il est le Chef du Blue Bay à Monaco. Photo François Baille

Le Chef étoile qui officie à Monaco dans les cuisines du Monte Carlo Bay Hôtel ne décolère pas. Il s’est vu refuser l’entrée du Dîner des Chefs dimanche soir à Lyon en présence du Président Macron, malgré son carton d’invitation personnel. Un couac technique qu’il a vécu comme une claque et une humiliation quant à sa personne.

Joint lundi matin par téléphone, après avoir fait état de sa mésaventure sur Facebook et Twitter, il s’est confié à Monaco-Matin.

L’occasion aussi pour lui de regretter dans cette affaire "un manque de fraternité".

"Un certain Chef dont je tairais ici le nom m’a tenu la jambe pour me dire que ce n’était pas bien de réagir ainsi après mon poste sur Facebook. C’est le même qui, lorsque je patientais à l’entrée et que les personnes qui étaient là essayaient de voir ce qu’elles pouvaient faire, a répondu ‘‘Je n’ai pas le temps’’."

 

"Michel Chabran et Yannick Alleno m’ont tenu la main"

Le Chef originaire de Martinique regrette ce manque de fraternité.

"Hier soir, il n’y a eu que deux personnes qui m’ont tendu réellement la main. Le premier c’est Michel Chabran. Il a justement appelé le Chef qui n’avait pas le temps et lui a dit que ce n’était pas normal de me laisser ainsi. La deuxième personne c’est Yannick Alleno. Depuis Monaco nous avons fait la route ensemble. Je lui disais d’ailleurs que j’étais très honoré d’être invité pour la première fois à cet événement. Il m’a répondu que c’était normal et que j’y avais ma place. Après l’incident, il s’est excusé, mais il n’y est pour rien."

Toujours sur Facebook, lundi peu après midi, Marcel Ravin alors qu’il était à Reims pour une dégustation de Champagne a publié un second post Facebook.

"Je déplore un manque de fraternité"

"Ça dérange certains, met mal à l’aise d’autres mais pourquoi devrais-je me taire de peur qu’on fasse le lien avec ma couleur de peau? Je ne crie pas au crime, je dénonce des faits concrets. Je n’incrimine quiconque personnellement, je déplore un manque de fraternité. Je ne divise pas, je rassemble pour mieux se faire entendre."

 

"J’ai l’espoir que notre profession se fédère"

"J’ai l’espoir que notre profession se fédère et qu’aucun chef reconnu pas ses pairs, ne soit plus jamais laissé sur le pas de la porte. Je veux croire que l’organisation de cet événement s’excuse du manque de considération suite à une absence sur les listes… Et surtout je garde en mémoire le meilleur… Toute la compassion du vigile gêné de pas avoir pu faire déplacer un organisateur et la bienveillance des policiers tristes de me voir repartir mon carton à la main et ma veste blanche sous le bras… Souhaiter à mes enfants et mes jeunes un avenir plus solidaire n’est pas une insulte, c’est un message pour l’égalité, la liberté et la fraternité."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.