Trois grands projets comprenant des logements sociaux à venir à Cap-d'Ail

Trois chantiers de logements sociaux sont en projet à Cap-d’Ail et pour certains en cours de construction. Voici en détail les derniers programmes qui se préparent sur la commune.

Anne-Sophie Coursier Publié le 19/08/2023 à 15:09, mis à jour le 19/08/2023 à 15:09
La future résidence Les Romarins prendra forme au 49 bis de l’avenue du prince Rainier-III sur une superficie totale de 1 234 mètres carrés.

La résidence Les Romarins

Cette future résidence, pour laquelle le permis de construire a été déposé le 12 juillet 2021, prendra forme au 49 bis de l’avenue du prince Rainier-III sur une superficie totale de 1 234 mètres carrés. Les travaux n’ont pas encore débuté mais devraient l’être d’ici à la fin de l’année, assure-t-on à la mairie.

Réalisée par l’architecte Samuel Halik, cette résidence comprendra 17 logements locatifs sociaux mais également 22 places de stationnement et 5 pour les deux-roues. Cet immeuble se veut familial et comportera des grands logements avec balcon dont un T5, trois T4, douze T3 et un T2.

Concernant l’accès, il se fera du côté de l’avenue du prince Rainier-III dans le sens Monaco-Nice avec un aménagement sous forme d’aire d’attente pour l’entrée et la sortie du parking.

Concernant les espaces verts, ces derniers prennent une vraie place avec la plantation de 27 arbres type orangers, chênes et oliviers. La commune de Cap-d’Ail participera à ce projet à hauteur de 225 000 euros, une subvention qui sera versée directement au bailleur.

L’opération Vinci avenue du Général-de-Gaulle

Au 9 et 17 avenue du Général-de-Gaulle, 65 logements collectifs verront bientôt le jour. Le chantier est en cours. Accordé le 6 avril 2020 à la SNC Vinci Immobilier Méditerranée, le permis de construire prévoit la création de 65 appartements dont 23 logements sociaux locatifs, élevés sur quatre étages, ainsi que 145 places de stationnement en sous-sol.

Voici ce que l’opération Vinci, actuellement en chantier avenue du Général-de-Gaulle, donnera une fois achevée. (Photos Vinci Immobilier/Samuel Halik).

Ce programme comprend aussi la construction de 40 places de parking. Deux accès seront créés l’un au 7 avenue du Général-de-Gaulle, la seconde au numéro 17 de la même rue. Pour faciliter l’entrée, une voie d’attente de stationnement sera agencée devant chaque accès.

Opération mixte avec Habitat 06 pour 2024

Habitat 06 réalisera quant à lui une opération mixte de 22 logements au 2 avenue Jacques-Abba, comprenant 15 logements sociaux, et 7 appartements en vente libre. Les travaux débuteront en 2024.

Pour mener à bien l’opération, le bailleur social a racheté un immeuble existant. Cette construction n’a pas encore été prise en compte pour le calcul du taux de logements sociaux à Cap-d’Ail.

Un passé communiste

De nombreux programmes déjà réalisés en 1995

"Je reconnais que lorsque j’ai été élu en 1995, précise l’actuel maire de Cap-d’Ail, Xavier Beck (LR), la municipalité communiste avait déjà construit de nombreux logements sociaux, plus que ses voisines. Nous avons hérité d’une très belle politique en ce domaine. Même si à l’époque, le reproche que je leur faisais était double. D’une part, le fait d’avoir un peu abîmé la basse corniche et d’en avoir fait un couloir."

 Ce qui n’est pas sans conséquence en termes d’aménagement urbain aujourd’hui, insiste le maire. "Je leur reproche également ne pas avoir forcément attribué ces logements dans les règles de l’art et le fait d’avoir fait venir beaucoup de leurs amis communistes des régions lilloise et parisienne dans ces logements. Les attributions étaient réalisées pour les copains et pas toujours pour les familles et les travailleurs qui en avaient besoin. Ces habitants sont cependant devenus aujourd’hui de vrais Cap d’Ailois."

Un taux de 11% en 1995

En 1992, l’observatoire de l’habitat Provence Alpes Côte d’Azur publiait une enquête sur le parc locatif social dans le 06. Cap-d’Ail comptait, cette année-là, 211 logements sociaux pour 4.863 habitants. Soit 11% des résidences principales à Cap-d’Ail.

Un taux déjà relativement élevé et équivalent à celui de Beausoleil à l’époque, qui affichait, elle aussi, un 11%. Il était en outre bien supérieur à celui de Roquebrune-Cap-Martin (3%) ou de La Turbie (1%), de Villefranche-sur-Mer (2%), de Beaulieu-sur-Mer (1%) ou même Menton (9%). Ces pourcentages ne peuvent être comparés, les critères de calcul ayant changé depuis 1992.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.