“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tout doit disparaître !

Mis à jour le 17/09/2018 à 05:30 Publié le 17/09/2018 à 05:30
35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver. O.V.M.

Tout doit disparaître !

Corse d'origine, Céline Gualtieri, 37 ans, vit à Cap-d'Ail depuis 5 ans.

Corse d'origine, Céline Gualtieri, 37 ans, vit à Cap-d'Ail depuis 5 ans. Citoyenne du monde, elle organise depuis longtemps des initiatives citoyennes sans prétention, qui tombent sous le sens, notamment des nettoyages de sites entre habitants de bonne volonté. Il y a quelques semaines, Céline se dit qu'elle ferait bien quelque chose pour son lieu de vie, à l'occasion du « World Clean Up Day » (« Jour du Nettoyage de la Planète »)*. Elle propose donc au maire un nettoyage du bord de mer. Xavier Beck l'appelle pour lui proposer un autre site que le littoral, nettoyé chaque jour. Direction : l'amphithéâtre Alain Prado, entre la route de La Turbie et la Moyenne Corniche. Céline a le souffle coupé par la beauté des lieux, mais surtout, elle trouve en quelques minutes bon nombre de déchets à ramasser. L'opération est lancée grâce aux réseaux sociaux et l'appui de la mairie qui fournit l'assistance technique. Ainsi, toute la journée de samedi, les bonnes volontés de tous âges se sont présentées à l'amphithéâtre pour nettoyer le site. Et la récolte a été bonne avec plus de 200 kg de déchets ramassés en quelques heures par une trentaine de bénévoles. Rien de spectaculaire mis à part quelques tuyaux de chantiers, une bouteille de gaz ou… d'essence, mais surtout, ce sont presque deux kilos de mégots, plus ou moins vieux qui ont été ramassés ; on ne les remarque pas du premier coup d'œil, mais ils polluent le site pour longtemps, puisqu'ils disparaîtront d'eux-mêmes dans… 4 000 ans. Et à ceux qui lui répondront que les sites naturels manquent de poubelles, Céline répond qu'on peut très bien ramener chez soi ce qu'on a apporté sur le site. Une jolie opération qui a mobilisé tout le monde et laisse derrière elle des territoires plus propres.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct