Six applis pour mieux comprendre ce que l’on met dans notre assiette

Pour décrypter les étiquettes, comprendre la composition de ce que nous achetons, vous pouvez télécharger des applications qui vous aident à y voir plus clair. Selon une enquête Ifop d’octobre 2019, un tiers des Français en ont déjà téléchargé une et un quart les utilise régulièrement. Petit tour d’horizon.

Flora Zanichelli Publié le 21/08/2022 à 10:00, mis à jour le 22/08/2022 à 18:44
Six applications pour vous aider à bien choisir vos aliments Philippe Bertini

Yuka : pour évaluer les défauts et qualités des produits

Elle permet de scanner un produit pour comprendre son impact sur la santé.

L’objectif est double : donner un coup de pouce au consommateur pour qu’il consomme au mieux pour sa santé et induire les industriels à améliorer leurs produits.

On place le code-barre sous l’application et celle-ci note le produit. Vert, si le produit vaut le coup, rouge si la note est mauvaise. Le consommateur se voit alors proposer des produits alternatifs.

Lancée en janvier 2017, cette application est régulièrement utilisée par 5,5 millions d’utilisateurs. Elle est financée par des dons et l’achat de programmes de nutrition développés par la société qui l’a créée.

 

Par ailleurs, signe que les temps changent, Yuka confie que de nombreux industriels contactent l’équipe, pour améliorer leurs produits. Un mouvement de fond.

Y a quoi dedans : pour mesurer la teneur en gras, sels, sucres de vos produits

Développée par les magasins U, cette application permet de scanner les produits et d’obtenir les ingrédients qui le composent.

Cette appli permet donc de comprendre la teneur en sels, en sucres et en gras de ce que vous glissez dans votre caddie, teneur qu’elle établit en s’appuyant sur la base de données d’Open food facts.

Contrairement à Yuka cependant, les produits ne sont pas notés.

Quel produit : pour détecter les additifs présents dans les aliments

Financée par l’UFC-Que choisir, Quel Produit est une application qui permet d’évaluer la composition des produits alimentaires, ménagers et cosmétiques. Scannez le code-barre du produit, une note apparaît sur l’écran.

Pour ce qui est des produits alimentaires, ils sont évalués selon la qualité nutritionnelle exprimée par le Nutri-Score et la présence d’additifs évaluée par l’UFC-Que choisir.

 

Participative, cette application demande aux usagers scannant un produit qu’elle n’aurait pas en stock de lui fournir les informations le concernant. 

Siga : pour connaître le degré de transformation des produits

"L’indice Siga indique à quel point un aliment est transformé, grâce à une note allant de 1, pour les produits bruts, à 7 pour les plus ultra-transformés", peut-on lire sur le site de l’appli. Pour les plus curieux, une analyse plus détaillée de la composition est aussi disponible : nombre d’ingrédients ultra-transformés, additifs à risque, seuils nutritionnels, etc. Des alternatives sont ensuite proposées. 

Open food facts : pour décrypter les étiquettes de fond en comble

Cette application s’appuie sur la base de données alimentaires collaborative d’Open Food Facts. "Plus de 9000 contributeurs comme vous ont ajouté 600 000 produits de 200 pays en utilisant notre app ou leur appareil photo pour scanner les codes barres et envoyer des photos des produits et de leurs étiquettes", se vantent ses créateurs sur Internet.

Car tout repose sur le volontariat.

"Ce projet associatif et citoyen, né en France en 2012 et porté depuis par des milliers de bénévoles dans le monde entier", explique encore le site.

Scan up : une appli qui décrypte les étiquettes et appellent les consommateurs à créer les produits de demain

Souvent mise en concurrence avec Yuka, cette application va un peu plus loin. Non seulement, elle décrypte les étiquettes mais en plus, elle invite les consommateurs à participer à l’élaboration des produits de certains industriels.

 

Co-créer un jus d’orange pressé à froid, des desserts végétaux Bio en poudre, des produits laitiers, le consommateur est appelé à mettre la main à la pâte.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.