“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Secret pour réussir, rémunération... Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les influenceurs

Mis à jour le 05/02/2019 à 18:46 Publié le 05/02/2019 à 18:00
Un événement de l'agence DPB en octobre 2018, animé par Sylvie Tellier

Un événement de l'agence DPB en octobre 2018, animé par Sylvie Tellier Photo DR

Secret pour réussir, rémunération... Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les influenceurs

Ces personnalités d’Instagram vous fascinent? Nous aussi. On a cherché à en savoir plus sur ce phénomène avec une experte en la matière.

Que savons-nous des influenceurs, suivis par des milliers -voire des millions- de personnes? Pas grand chose.

>> LIRE AUSSI. Ils sont maman, pompier ou chef d’entreprise… Découvrez les influenceurs de la Côte d’Azur

Pour y remédier, nous avons contacté Sophie Rodrigues, la fondatrice et dirigeante de la DPB Agency. Son entreprise, créée en 2015 et basée au Cannet, est spécialisée dans le marketing d’influence.

Un influenceur, c'est quoi?

Déjà, Sophie Rodrigues tient à critiquer le terme influenceur. "Il n'est pas apprécié par les personnes concernées. Cela voudrait dire qu'elles influencent, et cela peut-être considéré comme de la manipulation. Il y a une connotation négative."

L’experte préconise le mot "prescripteur", "plus juste".

Quel que soit le terme utilisé, la définition reste identique. "Ce sont des individus passionnés qui ont démarré sur les réseaux sociaux de façon ludique et anonyme sans business model et qui ont l'envie de partager une passion avec leur public."

>> LIRE AUSSI. "Je me suis faite toute seule": la success-story d'Ines Duhard, l'influenceuse cannoise aux mille vies

Qui peut devenir influenceur?

Il n’y a pas de profil type. "Tout le monde" peut devenir influenceur, insiste Sophie Rodrigues.

"N'importe quelle passion peut être partagée. Certes, certaines sont plus populaires que d'autres, comme la beauté, la mode et les voyages. Mais il y aussi des thématiques très spécialisées. Un passionné de pêche pourrait devenir influenceur."

Et "il n’y a pas non plus de critères physiques". "Ce sont des femmes, des hommes, des sportifs, des sédentaires, des jeunes, des blondes, des brunes, des fortes, des moins fortes, des blessés, des malades. Chaque individu à sa place."

>> LIRE AUSSI. VIDEO. Gravement brûlée à 16 ans, cette Azuréenne s'est reconstruite grâce à son compte Instagram

Comment être populaire sur instagram?

Un influenceur, c’est "monsieur et madame tout le monde en fait". Soit. Mais comment peut-on passer de l’anonymat au succès reconnu et rémunéré? "C’est difficile à expliquer", reconnaît la directrice de DPB Agency.

Elle dégage quelques qualités indispensables pour réussir: rigueur, régularité et authenticité.

"Il faut partager quotidiennement et rester concentré sur un thème, ne pas vouloir parler de tout et n'importe quoi. Plus l'influenceur devient expert sur un sujet, plus sa communauté grandira."

C'est quoi leur truc en plus?

Comment expliquer l’engouement autour des influenceurs? Sophie Rodrigues le résume en un mot: l’authenticité.

"Une marque qui parle d'elle-même aura toujours moins d'impact et de sincérité que si l'influenceur en parle. La personne va être plus à l'écoute parce que c'est un utilisateur qui parle de son expérience, qu'elle soit positive ou négative."

À ceux qui diraient que les influenceurs enjolivent la réalité sous prétexte qu’ils touchent de l’argent pour parler d’un produit, Sophie Rodrigues est sans équivoque: "monnayer n'enlève en rien l’authenticité."

Elle précise: "Il faut être le plus vrai possible, même s'il s'agit d'un partenariat rémunéré. Le bad buzz est bien trop risqué. On ne souhaite pas que le discours prononcé face caméra ne corresponde pas aux valeurs de l'influenceur."

Autrement dit, plus il parlera spontanément et choisira des partenariats en fonction de son ADN, plus la relation de confiance avec sa communauté grandira et se renforcera.

"Les influenceurs sont des consommateurs avant tout qui testent, goûtent un produit", rappelle Sophie Rodrigues.

Comment fonctionne leur rémunération?

L’argent. L’élément qui fascine peut-être le plus. Comment ces personnalités arrivent-elles à vivre des réseaux sociaux?

Plusieurs formes de partenariats existent: l'échange de marchandises sans contrepartie et sans condition d'en parler sur les réseaux sociaux ; les campagnes digitales avec un descriptif précis de la collaboration dans un contrat.

"La plupart des influenceurs sont auto-entrepreneurs, surtout s’ils ont une activité salariale à côté."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct