Rubriques




Se connecter à

Respectons-nous toujours les gestes barrières, plus d'un an après le début de l'épidémie de Covid-19?

Les constats dressés par Santé publique France sur le respect des gestes barrières sont sans appel: nous ne les respectons plus aussi bien qu'avant et c'est une porte d'entrée aux virus de l'hiver. Un constat qui amène le gouvernement à relancer une campagne de sensibilisation.

A. R. Publié le 22/10/2021 à 16:42, mis à jour le 22/10/2021 à 16:46
Les Français ont un peu délaissé les gestes barrières, depuis quelques mois. Photo Patrice Lapoirie

Les gels hydroalcooliques ont disparu de nos sacs ou ne servent plus autant qu'avant, le masque est tombé en entreprise ainsi que dans les lieux clos, on se refait parfois la bise, on se serre la paluche... La vie d'avant est de retour et on se relâche sur les gestes barrières.

C'est le constat des médecins dans le suivi épidémique. Nous ne sommes plus aussi respectueux des gestes barrières qu'avant: une étude de l'Ifop et l'étude CoviPrev de Santé publique France (SPF) vient appuyer celui-ci. Un constat qui a amené le gouvernement à relancer une campagne de sensibilisation sur les gestes barrières, comme l'a annoncé Olivier Véran, ce vendredi 22 octobre. 

Le lavage de mains n'est plus aussi systématique 

L'étude Ifop montre que nous avons été plutôt bons élèves en France, à propos des consignes sanitaires, au début de la pandémie, mais un an et demi plus tard, c'est un peu la cata...

L’enquête montre que si la proportion d’adultes se lavant "systématiquement" les mains après être allé aux WC a un peu progressé dans l’Hexagone par rapport à l'avant premier confinement, la France reste le pays où le respect de cette règle élémentaire d’hygiène est la moins répandue.

 

Seuls 76% des Français se plient à ce geste après être allé aux toilettes. Et moins de 30% des Français se lavent les mains après s'être mouché et 58%, avant de passer à table. 

Une étude qui rejoint celle de SPF qui indique que le lavage systématique des mains s’est stabilisé autour de 60% depuis le début de l'été mais est significativement inférieur à celui observé en septembre 2020. 

Le grand retour de la bise et du serrage de mains 

Le serrage de mains ainsi que la bise avaient presque disparu de notre quotidien mais tous deux font un retour en force.

59% des Français affirment serrer la paluche à leurs proches ou connaissances et 41% à des inconnus.

Quant à la bise, 65% des Français en claquent à leurs proches et 23% à des inconnus. Pour Santé publique France, 59% des Français saluent sans se serrer la main. 

Le port du masque lui, a tendance à se stabiliser: plus de 60% des Français en portent un, systématiquement en public et le taux monte à 85% dans les lieux fermés et en présence de personnes vulnérables.

 

Des chiffres stables qui montrent que ce geste barrière a été plutôt bien intégré par la population française. 

Et les personnes qui respectent le moins les gestes barrières sont des hommes, de 18 à 34 ans ainsi que les personnes n’ayant pas de risque de développer de forme grave de Covid-19.

Les personnes vaccinées portent plus souvent le masque que les non-vaccinés 

Santé publique France publie également une donnée sur l'adoption des gestes barrières chez les personnes vaccinées.

Il en ressort que les personnes vaccinées déclaraient une moindre adoption systématique du lavage des mains, de se saluer sans se serrer la main, ainsi que d’éviter les regroupements et réunions en face à face. 

En revanche, les personnes vaccinées déclaraient toujours l’adoption systématique du port du masque et l’aération de leur logement toutes les heures dans une proportion supérieure aux personnes non-vaccinées.

Cette semaine, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique a plaidé pour le respect des gestes barrières, "au moins jusqu'au printemps" et a évoqué un retour du masque chaque hiver.

 

Et dans son dernier point épidémiologique, Santé publique France écrit "dans un contexte de reprise de la circulation des virus hivernaux, l’adhésion aux gestes barrières, en association avec la vaccination et le respect des autres mesures de prévention, reste primordiale pour contrôler de manière durable l'épidémie et préserver le système de soins". 

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.