Rubriques




Se connecter à

Quelle place pour les arbres en ville, prendre soin de la santé mentale, mal-être au travail. Votez pour notre prochain dossier Solutions

Vous avez le choix! C'est vous qui décidez du thème de nos prochains reportages. Chaque mois, nous faisons voter nos abonnés pour choisir le sujet de notre dossier "solutions" qui donnera lieu à des enquêtes, longs formats, vidéos...

La rédaction Publié le 09/09/2021 à 15:43, mis à jour le 09/09/2021 à 16:48

C'est à vous de choisir le thème du prochain dossier du mois! Participez au vote pour départager les 3 sujets suivants: quelle place pour les arbres en ville demain, comment mieux prendre soin de notre santé mentale, quels remèdes contre le mal-être au travail? 
Nos abonnés ont commencé à voter et le score est très serré entre les 2 premiers sujets. A vous de jouer! 

Voici les synopsis des trois dossiers que nous soumettons au vote de nos lecteurs.

Quel sujet préférez-vous?

Quelle place pour les arbres en ville demain?

Pour atténuer les effets du réchauffement climatique, les arbres peuvent jouer un rôle important. En planter est même devenu un argument de campagne pour de nombreux élus, comme à Paris où Anne Hidalgo avait promis d’en faire pousser 170.000 en cinq ans. Mais les politiques en matière d’espaces verts ne sont pas toujours heureuses. Espèces peu efficaces pour lutter contre la chaleur, esthétisme qui prime sur le potentiel, espèces invasives... les ratés laissent un goût amer aux citadins avertis. Dès lors, quelle politique mettre en place pour revégétaliser au mieux nos lieux de vie? Comment inclure les citoyens dans cette politique verte? Pouvons-nous, à notre petite échelle, participer à la revégétalisation de notre territoire? Si oui, comment être efficace dans le choix de nos plantes et l’organisation de nos espaces verts privés?

Comment mieux prendre soin de notre santé mentale?

Un Français sur trois souffre de troubles psychiques selon une enquête de Santé publique France. Stress, lassitude, anxiété… peuvent aussi altérer notre santé mentale. Pourtant, la psychiatrie demeure le parent pauvre de la médecine. Si les Alpes-Maritimes et le Var comptent suffisamment de psychiatres de ville, la prise en charge des jeunes est en revanche particulièrement déshéritée. Aujourd’hui, certains, comme le neuropsychiatre varois Boris Cyrulnik militent pour faire de la santé mentale une grande cause nationale. Cette nouvelle visibilité peut-elle faire progresser le repérage de ces troubles? Quelles améliorations apporter dans la prise en charge? Les méthodes alternatives, nombreuses, sont-elles fiables? Et dans les autres pays, comment prennent-ils soin de la santé mentale?

 

Quels remèdes contre le mal-être au travail?

"A la recherche du bonheur au travail" : c'était le dossier que vous aviez choisi en 2017. Depuis, la pandémie de coronavirus est passée par là et a tout bouleversé : cadre de travail, management, relations professionnelles… Les salariés ont massivement découvert le télétravail. Ils jonglent entre présentiel et distanciel, enchaînent les réunions en visio, depuis leur salon. Les discussions autour de la machine à café ou d'un repas à la cafet' se sont réduites à peau de chagrin. Et les salariés dans tout ça, comment vivent-ils ces transformations? Quelles solutions pour éviter le risque d'isolement ou de burn-out? Se sentir à sa place dans son entreprise? Comment redonner du sens au travail? Faut-il travailler moins pour vivre mieux? Repenser les espaces et les rythmes de travail? Autant de questions que nous aborderons dans "A la recherche du bonheur au travail" Saison 2.

Le thème retenu donnera lieu à une série de reportages long-formats, enquêtes, vidéos...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.