“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Que faire contre les violences faites aux femmes sur internet?

Mis à jour le 07/02/2018 à 06:42 Publié le 07/02/2018 à 06:41
Illustration.

Illustration. Photo Pixabay

Que faire contre les violences faites aux femmes sur internet?

Insultes sexistes, menaces de viol ou de mort sur internet, logiciels de surveillance: le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) appelle à "en finir avec l'impunité" des auteurs de violences en ligne à l'égard des femmes, dans un rapport publié mercredi 7 février.

Si internet peut être un "formidable" outil d'expression et de mobilisation collective - comme l'a illustré la vague de témoignages sur les réseaux sociaux après l'affaire Weinstein - il est aussi un espace de violences "massives" contre les femmes, constate le HCE.

Son rapport, remis au secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi, distingue deux formes majeures de violences faites aux femmes en ligne: le "cyber-contrôle dans le couple", c'est-à-dire l'usage par un conjoint d'outils numériques de surveillance et de géolocalisation, et le harcèlement sexiste et sexuel en ligne.

La modération critiquée

Il existe peu de données chiffrées en France sur le premier phénomène, dont on peut cependant présager "l'ampleur" en se basant sur des enquêtes réalisées à l'étranger et sur les remontées des associations qui accueillent les femmes victimes de violences, selon le HCE.

Concernant le harcèlement sexiste et sexuel en ligne, un "testing" mené par le HCE sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et YouTube) en juin et juillet 2017 a révélé "une très grande impunité vis-à-vis de ces discours de haine", seuls "8% des contenus sexistes signalés" ayant été supprimés.

Le HCE juge la modération "insuffisante, aléatoire et non graduée, parfois trop lente". Parmi ses 28 recommandations, le HCE suggère d'obliger par la loi les plateformes à réagir aux signalements "dans les plus brefs délais".

"Raids" contre les femmes

Les jeunes filles sont particulièrement visées, selon le HCE. Une fille sur cinq de 12 à 15 ans rapporte avoir été insultée en ligne sur son apparence physique.

Les femmes qui dénoncent le sexisme sont aussi des cibles, comme en attestent de récents "raids" contre des journalistes, femmes politiques ou militantes féministes.

Le HCE cite l'exemple de la youtubeuse Marion Seclin, qui a reçu en juin 2016 "plus de 40.000 messages d'injures sexistes, de menaces de viol ou de mort", suite à la publication d'une vidéo dénonçant le harcèlement de rue.

Les recommandations 

Le HCE suggère plusieurs évolutions du droit: allonger de un an à trois ans le délai de prescription des délits de presse que sont les injures publiques et incitations à la haine commises en ligne; réviser la définition du harcèlement pour couvrir les problématiques des "raids".

Il recommande aussi de "mesurer et comptabiliser" les violences faites aux femmes en ligne, de rappeler les interdits posés par la loi au moyen d'une grande campagne de communication, et de renforcer la formation des professionnels sur le "cyber-contrôle au sein de couple" (associations, policiers, gendarmes).

à partir de 1 €


La suite du direct