“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Quarantaine à l'italienne et lueurs d'histoires", inscrivez-vous à la nouvelle newsletter de Nice-Matin sur le coronavirus

Mis à jour le 24/03/2020 à 09:54 Publié le 24/03/2020 à 09:54
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Quarantaine à l'italienne et lueurs d'histoires", inscrivez-vous à la nouvelle newsletter de Nice-Matin sur le coronavirus

"Préparez-vous, ce qui se passe en Italie va arriver en France" ou encore "L'Italie a 10 jours d'avance sur nous". Depuis le début de la pandémie du coronavirus, nous avons tous entendu cette phrase des dizaines de fois. Alors, le groupe Nice-Matin a décidé de vous donner régulièrement des nouvelles de l'autre côté de la frontière. Presque comme un récit d'anticipation.

Depuis plusieurs semaines, l'Italie fait face à la pandémie du COVID-19.  Confinement, hôpitaux débordés, appels à la prudence mais aussi chants au balcon et récits teintés d’humour viennent ponctuer cette quarantaine inédite.

Comment la Péninsule affronte-t-elle cette crise sans précédent? Notre journaliste Flora Zanichelli, qui a vécu pendant neuf ans à Rome, vous raconte trois fois par semaine à travers le récit des habitants et des médias transalpins, la mobilisation de nos voisins italiens.

Attention, il ne s'agira pas d'une newsletter anxiogène. Flora y distillera des échos, des initiatives sur notamment comment certains se sont organisés pour gérer la crise. De quoi nous donner des idées. 

Pour vous inscrire, c'est par ici. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.