“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ouvertes, fermées, quid des remontées mécaniques... comment nos voisins européens s'organisent pour les stations de ski

Mis à jour le 26/11/2020 à 17:41 Publié le 26/11/2020 à 16:27
La station de ski d'Auron dans les Alpes-Maritimes.

La station de ski d'Auron dans les Alpes-Maritimes. Photo Eric Ottino

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Ouvertes, fermées, quid des remontées mécaniques... comment nos voisins européens s'organisent pour les stations de ski

Ce jeudi 26 décembre, Jean Castex a annoncé que les stations de ski françaises seraient ouvertes à compter de samedi 28 novembre prochain, à l'exception des remontées mécaniques qui vont rester fermées. Qu'en est-il de l'autre côté de nos frontières? Qu'ont prévu nos voisins?

La question a été tranchée: les stations de ski ne rouvriront pas totalement pour les fêtes de fin d'année. Jean Castex a annoncé ce jeudi 26 novembre, lors d'une conférence de presse que la réouverture des stations de ski ainsi que leurs commerces étaient prévu pour le 15 décembre prochain et durant la période des fêtes de fin d'année mais que les bars, les restaurants, les remontées mécaniques ainsi que les établissements recevant du public allaient, quant à eux, devoir garder porte close.

En d'autres termes, nous pourrons nous y promener et y faire des courses mais pas nous y restaurer ni profiter pleinement des activités. Ailleurs en Europe, des pays ont affiché une position ferme, sur ce sujet. 

L'appel de l'Allemagne à l'Union Européenne 

En Allemagne, Angela Merkel a appelé les Allemands à ne pas partir à l'étranger durant les vacances de Noël, en particulier au ski. Le gouvernement fédéral et les régions vont ainsi demander à l'Union européenne d'interdire jusqu'au 10 janvier les séjours de ski. "Je vais être honnête avec vous, ce ne sera probablement pas facile, mais nous allons essayer", a-t-elle reconnu lors d'une conférence de presse. Une position que la chancelière compte bien défendre en raison de la réouverture des pistes en Autriche, tandis que la Bavière, destination très prisée des skieurs allemands, a annoncé la fermeture de ses stations à Noël. 

En déplacement à Rome, Bruno Le Maire, ministre des Finances a salué cette idée. "Je crois que la position exprimée par Mme Merkel est une position de sagesse, c'est celle qu'a défendue le président de la République (Emmanuel macron) dès le premier jour", a déclaré le ministre, à l'AFP. Ne pas créer de concurrence entre les pays sur les vacances, telle semble donc être la position défendue par le couple franco-allemand et à l'étude pour le gouvernement italien. 

Des espoirs douchés en Italie 

En début de semaine, le président du Conseil italien Giuseppe Conte anéanti les espoirs du business transalpin "Nous ne pouvons pas nous permettre des vacances à la neige sans restrictions. Les concepts de protection des remontées mécaniques sont une chose, mais tout ce qui tourne autour de ces vacances est incontrôlable", a-t-il dit, précisant toutefois qu'une décision serait prise le 4 décembre prochain. Reste que les signaux sont dans le rouge et le virus continue de circuler activement dans les Dolomites, en Lombardie, dans le Piémont et dans le Val d’Aoste.

Prudence en Autriche 

Confinée jusqu'au 7 décembre prochain, l'Autriche prévoit une réouverture du pays par étapes. Si le chancelier Sebastian Kurz avait déclaré que la saison aurait bien lieu mais sous couvert de restrictions comme un couvre-feu instauré en soirée mais la situation s'étant dégradée le pays a freiné et réservé sa décision pour les jours à venir. "Si l'Union européenne oblige les domaines skiables à rester fermés, cela entraînera une perte de 2 milliards d'euros pour laquelle elle devra payer", a toutefois prévenu Gernot Blümel, le ministre des Finances autrichien. 

Feu vert en Suisse

Peu disposée à se laisser distancer par ses voisins, la Suisse prévoit quant à elle un Noël quasi-normal dans les stations. Les touristes européens devraient d'ailleurs pouvoir venir skier en Suisse à Noël : le gouvernement ayant sorti la plupart des pays européens de sa liste rouge de mise en quarantaine. Reste à savoir s'ils pourront quitter leur pays, nombreux étant confinés comme les Britanniques, particulièrement fans des pistes helvètes. Côté protocole sanitaire, la Suisse prévoit notamment le port du masque obligatoire dans les stations, sauf sur les pistes, une distance à respecter dans les files d’attente, ou encore une jauge particulière dans les remontées mécaniques. 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.