Rubriques




Se connecter à

"On ne peut pas laisser certaines plages faire n’importe quoi", alerte le préfet des Alpes-Maritimes

Lors du point sanitaire dans le département mercredi, Bernard Gonzalez, préfet des Alpes-Maritimes, a notamment pointé du doigt les dérives constatées sur certaines plages publiques, mais aussi privées.

S. G Publié le 29/07/2021 à 07:30, mis à jour le 28/07/2021 à 22:23
La plage de la Promenade des Anglais, à Nice, le 27 juillet 2021. Photo Dylan Meiffret

"Ce qui me fait peur ce sont les rassemblements sauvages, les fêtes sauvages que l’on peut voir sur l’ensemble du littoral. Pas seulement sur les plages privées, sur les plages tout court. Il y a des regroupements qui posent problème. Oui, il fallait tirer la sonnette d’alarme. Au moment où l’on rouvre les discothèques et où on les soumet à un protocole et à des exigences fortes on ne peut pas non plus laisser certaines plages faire n’importe quoi."

Bernard Gonzalez poursuit: "Il fallait dire à un moment donné : attention, ça tourne mal. C’est le sens des mesures prises dimanche pour préserver cette vie économique et touristique essentielle pour les acteurs économiques du département."

"le temps de la sanction viendra"

Et le préfet de préciser qu'après la pédagogie faite auprès du public comme des professionnels, "le temps de la sanction viendra."

 

"Même principe que pour le passe-sanitaire, [qui entre en vigueur le 9 août, NDLR] on prévient et ensuite on passera à des mesures de verbalisation. C’est inévitable. Et les professionnels qui ne joueront pas le jeu et qui continueront de laisser faire des comportements qui peuvent poser problème à l’ensemble de l’activité, s’exposeront à des mesures plus sévères et pas seulement à des avertissements."

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.