Rubriques




Se connecter à

Nos trottoirs, objets de toutes les convoitises, sont-ils assez larges?

Les trottoirs sont très encombrés. Dans ces lieux se concentrent étals, terrasses de café et restaurants, piétons, pistes cyclables, voitures en stationnement, mais aussi du mobilier urbain, des plantations, conteneurs de recyclage... Et cette tendance va s'accentuer. Alors comment gérer au mieux cet espace?

Sophie Casals Publié le 30/06/2021 à 20:05, mis à jour le 02/07/2021 à 11:27
Le trottoir ressource rare doit être géré de façon stratégique. Photo D.M

Avez-vous déjà failli vous faire renverser par une trottinette électrique alors que vous marchiez tranquillement? Avec la multiplication de ces engins qui investissent les trottoirs, se promener en ville demande une bonne dose de vigilance. Comment la loi encadre-t-elle la circulation sur cet espace piéton? 

Que dit la loi?

En agglomération les engins de déplacement personnels motorisés (trottinette, hoverboard, gyropode, monoroue) n'ont pas le droit de circuler sur les trottoirs, sauf autorisation de la mairie. Dans ce cas-là leur vitesse ne doit pas dépasser 6 km/h, et ils ne doivent pas gêner les piétons.

Sinon, la loi stipule que ces engins motorisés, dont les experts prévoient une présence accrue dans les prochaines années, circulent sur les pistes cyclables. En l'absence de pistes cyclables, ils sont autorisés à rouler dans les zones piétonnes (en ne dépassant pas 6 km/h et sans gêner les piétons) et à emprunter les rues où la vitesse ne dépasse pas 50 km/h.

Des trottoirs très encombrés

Au-delà de la sécurité, se pose la question de l'utilisation de cet espace public. Comment allouer au mieux cette ressource rare, convoitée par les piétons, les villes, les riverains, les acteurs économiques?

Les trottoirs sont déjà très encombrés et cette tendance va s'accentuer. Dans ces lieux se concentrent étals, terrasses de café et restaurants, piétons, pistes cyclables, voitures en stationnement, mais aussi du mobilier urbain, des plantations. Et ce n'est pas tout. Les communes y installent aussi des composteurs, points d’apport volontaires des déchets, fontaines rafraîchissantes…

Un espace sous tension avec la montée du e-commerce

La bordure de trottoir est aussi indispensable aux activités des livreurs de repas, acteurs de mobilité et plus généralement de tous les opérateurs relevant de l’e-commerce.

 

"Sans elle, il leur est tout simplement impossible de travailler. Cette tendance ne peut aller qu’en s’accentuant", prévoit Isabelle Baraud-Serfaty, experte en économie urbaine.

En 2016, Deliveroo s’était lancé sur Nice avec douze livreurs, aujourd’hui, ils sont près de quatre cents à pédaler pour nous livrer à domicile. Et ceci ne compte pas les livreurs des autres plateformes comme Uber Eats ou Delicity. Photo archive Frantz Bouton.

 une appétence accrue pour ces lieux de sociabilité depuis la pandémie

"Au moment du confinement, cet " en bas de chez soi " est devenu l’espace où prendre l’air, comme un prolongement du domicile," poursuit Isabelle Baraud-Serfaty. Un lieu d'immobilité et de sociabilité.

On a vu des habitants installer des chaises pliantes devant chez eux.

Certains trottoirs ont alors semblé trop étroits. "On peut imaginer que davantage d’habitants demandent à l’avenir à être impliqués dans la fabrication et la gestion de cet espace."
Alors faut-il aménager des trottoirs plus larges pour satisfaire les (nouveaux) besoins? Ce n'est peut-être pas la solution.

 

Demain, travailler sur les rythmes de la rue

L'occupation des trottoirs pourrait être gérée de façon dynamique, selon les moments de la journée. "A l'heure du déjeuner et du dîner, avec des terrasses de restaurants, à d'autres heures dédiés à des activités associatives ou encore au ramassage des poubelles…"
Mais pour orchestrer cette utilisation et adapter l'offre à la demande, une gestion fine est nécessaire.

"Aujourd'hui, personne n'a une vision du trottoir comme un tout, il est éclaté entre les différents services des villes: propreté, espaces verts, voirie, urbanisme… Longtemps considéré comme une source de coût, c'est l'espace avec le plus de valeur dans la ville. Le trottoir doit être considéré comme une ressource rare et donc géré de façon stratégique."

 

Faut-il élargir les trottoirs?

Et vous, qu'en pensez-vous? Souhaitez-vous dans certaines rues des trottoirs plus larges? Estimez-vous qu'il faut les gérer de manière stratégique, en fonction des heures de la journée et des besoins?

N'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de vos réactions, propositions.

scasals@nicematin.fr

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.