“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco Telecom blessé dans sa chair après l'attentat de Kaboul

Mis à jour le 02/06/2017 à 15:22 Publié le 02/06/2017 à 15:19
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Monaco Telecom blessé dans sa chair après l'attentat de Kaboul

Mardi matin, dans le quartier des ambassades à Kaboul, la capitale afghane, l'explosion d'un véhicule piégé a tué environ 90 personnes et blessé des centaines d'autres. L'entreprise a été durement touchée.

L'attentat, depuis, a été revendiqué par Daech. Il semblait viser l'ambassade d'Allemagne. Ce que l'on sait moins, c'est qu'une entreprise de télécommunications, installée en face de l'ambassade, de l'autre côté de la rue, a payé un très lourd tribut à cet acte terroriste. Plus d'un tiers des victimes travaillaient chez Roshan, une filiale de Monaco Telecom.

Depuis mardi, les collaborateurs de l'opérateur monégasque sont sous le choc. Une partie d'entre eux, en effet, continue de travailler tout au long de l'année auprès de Roshan, essentiellement sur les aspects techniques et technologiques.

Martin Péronnet, le directeur général de Monaco Telecom, est d'ailleurs administrateur de Roshan. Ce vendredi matin, nous avons rencontré ces salariés monégasques touchés par un attentat perpétré à 6.715 km de la Principauté.

Dossier complet à lire ce vendredi dans Monaco-Matin et Nice-Matin Menton.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.