“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'UFC-Que Choisir demande de mieux encadrer les publicités alimentaires destinées aux enfants

Mis à jour le 16/09/2020 à 06:20 Publié le 16/09/2020 à 06:18
L'association veut protéger les enfants du "marketing alimentaire".

L'association veut protéger les enfants du "marketing alimentaire". Photo Nice-Matin

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'UFC-Que Choisir demande de mieux encadrer les publicités alimentaires destinées aux enfants

L'UFC-Que Choisir, avec six autres associations de consommateurs, de parents d'élèves, familiales et de malades, a lancé une pétition pour "interpeller les pouvoirs publics" et leur demander de mieux "protéger les enfants des dérives du marketing alimentaire", étude à l'appui.

Les sept associations (la Fédération des conseils de parents d'élèves, la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, Familles Rurales, la Fédération française des diabétiques, le Réseau environnement santé, l'UFC-Que Choisir et l'Union nationale des associations familiales), entendent obtenir "une loi de moralisation du marketing alimentaire", selon un communiqué accompagnant cette étude.

"Alors que les engagements de l'industrie agro-alimentaire promus par les pouvoirs publics sont un échec et que le niveau de l'obésité infantile est alarmant, il y a plus que jamais urgence à agir pour obtenir un encadrement des publicités à destination des enfants en interdisant la promotion sur les écrans (télévision et internet) des aliments dont la consommation doit être limitée", estiment-ils.

L'UFC-Que Choisir a notamment calculé que, si "pour les aliments tous publics, on observe une répartition assez équilibrée dans les 5 classes de Nutri-Score", "pour les aliments destinés aux enfants, il y a surabondance de produits trop gras, trop sucrés ou trop salés", dans des proportions spectaculaires.

Ainsi, "88% des spots" à destination des plus jeunes "concernent des aliments de Nutri-Score +D+ et +E+, c'est-à-dire les deux classements les plus défavorables du point de vue nutritionnel (contre 43% pour les aliments tous publics)".

L'étude "démontre l'incapacité des dispositions réglementaires et volontaires actuelles à protéger les enfants des dérives du marketing alimentaire", plaide encore l'UFC-Que Choisir, qui avec les autres associations demande "l'interdiction des publicités pour les aliments destinés aux enfants ayant un Nutri-Score +D+ ou +E+, dans les contenus audiovisuels regardés par un grand nombre d'enfants", sur l'ensemble des chaînes télévisées ainsi que sur Internet.

En outre, "en l'absence de généralisation du Nutri-Score, un petit guide pratique est mis à la disposition des parents, donnant des conseils nutritionnels concrets pour chaque moment de consommation et indiquant le Nutri-Score de 114 aliments destinés aux enfants, pour chaque moment de consommation", précise encore l'UFC-Que Choisir.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.