“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'ONG monégasque Peace and Sport lance une application mobile contre les conflits

Mis à jour le 12/11/2020 à 11:23 Publié le 12/11/2020 à 11:23
Entreprise en 2019, la digitalisation de la méthode Peace and Sport tombe à pic.

Entreprise en 2019, la digitalisation de la méthode Peace and Sport tombe à pic. Photo Peace and Sport

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'ONG monégasque Peace and Sport lance une application mobile contre les conflits

La méthodologie développée par l’ONG monégasque pour promouvoir la paix par le sport a été digitalisée. Une application mobile désormais à portée de main des éducateurs du monde entier.

Février 2018. Tout juste investi président du Liberia (sur la pelouse d’un stade, à Monrovia), George Weah réserve sa première visite officielle à la France. Avec un message équivoque.

"Lorsque la guerre est arrivée au Liberia, grâce au sport, nous avons pu désarmer les jeunes enfants soldats et, grâce au sport, le Liberia a pu trouver un accord de paix (...). J’ai quitté la rue parce que j’ai eu l’occasion de faire du sport et, aujourd’hui, je suis président de la République grâce au sport."

En aparté, l’ancien attaquant de l’AS Monaco, Ballon d’Or 1995, évoque avec son homologue français les chantiers prioritaires de l’éducation et de la santé en Afrique, mais insiste sur l’importance du sport pour promouvoir le dialogue, inculquer le respect et donc œuvrer pour la paix.

Du moins, la stabilité politique. À la veille de la Coupe du monde de football en Russie, Emmanuel Macron reviendra sur les propos de "Mister George". "Il m’a dit que lorsqu’on avait donné des ballons à ces jeunes, ils avaient déposé les armes."

"Un attrait universel"

Depuis sa création en 2007 à Monaco, Peace and Sport n’a de cesse de le clamer: non, la paix par le sport n’est pas une utopie.

Éprouvée, reconnue et couchée sur papier, la méthode de l’ONG pour favoriser le dialogue et l’inclusion dans des zones conflictuelles vient de franchir un cap dans sa démocratisation, puisqu’elle est désormais accessible sur un simple smartphone grâce à l’application "Peace and Sport x MyCoach".

Une digitalisation qui tombe à pic en cette période de crise sanitaire et de limitation des interactions physiques, et qui décuple le champ des possibles pour les éducateurs et ambassadeurs de l’association qui prêchent la bonne parole sur le terrain.

Réélu président de l’Association mondiale des olympiens en octobre, le président-fondateur de Peace and Sport, Joël Bouzou, présente cet outil révolutionnaire comme un émancipateur, un adoucisseur de tensions qui tient dans une main mais couvre la planète.

"Nous avons suggéré pour la première fois notre méthodologie il y a sept ans, avec un guide de bonnes pratiques, un document papier à photocopier ou à télécharger, à l’ancienne. C’était un effort louable, mais qui n’a eu qu’un impact limité. L’application “Peace and Sport x MyCoach” nous ouvre toutes les portes grâce à son attrait universel. L’application est intuitive et accessible partout, à tous, même dans les camps de réfugiés, les zones de guerre et les zones de conflits religieux et ethniques."

Une solution humaniste qui vient asseoir le soft power monégasque en la matière.

Au printemps, confiné, le prince Albert II s’était d’ailleurs montré fédérateur sur les réseaux sociaux en rappelant l’impérieuse nécessité de rester unis, notamment par le sport, en ces temps troublés.

"Utiliser le sport pour protéger notre planète et renforcer nos liens les uns avec les autres est une énorme responsabilité que nous devons à nos enfants et aux générations futures." Et le futur, c’est maintenant.

Entreprise en 2019, la digitalisation de la méthode Peace and Sport tombe à pic.
Entreprise en 2019, la digitalisation de la méthode Peace and Sport tombe à pic. Photo Peace and Sport
Phocas Mpezindagano: "Des enfants commencent à se démarquer au Burundi"

Au cœur de l’Afrique, la région des Grands Lacs est une terre de discorde où Peace and Sport a ravivé l’espoir.

Demandez donc à Phocas Mpezindagano, coordinateur de l’ONG au Burundi, qui a vu la frontière hermétique entre le Rwanda et son pays s’ouvrir pour laisser passer des jeunes qui n’avaient comme autre passeport qu’un ballon sous le bras.

"Le sport a joué un grand rôle pour rassembler les gens après des crises socio-politiques dans mon pays. Le président vient d’ailleurs de prendre des initiatives pour renforcer et maintenir la paix et le sport est le meilleur outil", témoigne ce pilier des fédérations nationales de rugby et de judo.

"L’année dernière, nous avons ajouté le secteur scolaire dans notre champ d’action, c’est facile de travailler avec les enseignants qui sont demandeurs."

Durant la phase de lancement de l’application "Peace and Sport x MyCoach", 21 écoles et 45 enseignants du Burundi ont ainsi été convertis à la méthodologie "visant à promouvoir le vivre-ensemble et la cohésion sociale".

"Le but est que tous les enfants du Burundi aient accès à cette nouvelle technologie, poursuit Phocas. Je vais dans les écoles pour former les enseignants et télécharger l’application."

Des enfants qui font ensuite office de messagers dans la cellule familiale. "Les enseignants remarquent des enfants qui se démarquent, se comportent mieux que d’autres et parlent de ces valeurs de paix dans leurs communautés, sachant qu’il y a six enfants par famille en moyenne."

Une méthodologie dont la partie pratique pourrait aussi révéler de futurs talents. L’idole du pays? Vénuste Niyongabo, premier médaillé olympique aux Jeux d’Atalanta, en 1996.

"On commence d’abord avec le football et après on élargira notre champ d’action. Vénuste a découvert le sport à l’école avant de devenir champion olympique!"

Reste à structurer les fédérations sportives pour accompagner les futures pépites.

Marlène Harnois, dame de cœur.
Marlène Harnois, dame de cœur. Photo Peace and Sport
Marlène Harnois: "La plus belle victoire est de donner la possibilité de rêver"

Elle était le rayon de soleil de la délégation française aux JO de Londres, en 2012, dont elle revint "bronzée" en taekwondo.

Elle est surtout une dame de cœur et Championne de la Paix depuis 2016.

Une ambassadrice qui mesure plus que quiconque comment le sport peut abattre les frontières entre ethnies et ériger des êtres en héros, en exemple.

Si la crise sanitaire a mis en pause les interactions humaines, l’appli "Peace and Sport x MyCoach" dispose d’un passeport sanitaire que Marlène Harnois veut mettre à profit pour "faire un monitoring le plus efficace du public, déployer nos programmes plus efficacement et s’adapter à la période actuelle".

Une quête de l’universalisme qu’elle compare volontiers à celle de l’olympisme. "En tant que championne, j’ai des responsabilités. Le sport m’a permis de réaliser mon rêve le plus cher, le rêve olympique, et je me dois de le rendre au plus grand nombre. La plus belle victoire est de donner la possibilité de rêver ou se développer, c’est plus riche de sens."

Portée par les valeurs de respect et de courage propres aux arts martiaux, Marlène mesure chaque jour "l’impact positif" du partage d’expériences.

Parfois tout démarre même fortuitement, comme "au hasard d’un séjour humanitaire". De là naîtra une collaboration et une amitié avec les athlètes ivoiriens Cheick Cissé et Ruth Gbagbi. Le premier médaillé d’or et la première femme médaillée olympique de la Côte d’Ivoire, à Rio, en 2016.

"L’impact de sa médaille a été énorme en termes d’émancipation des femmes et d’égalité des sexes. On ne peut qu’espérer d’autres belles histoires comme celles-ci", sourit Marlène, qui fait sienne la phrase de Mandela, "Le sport a le pouvoir de changer le monde".

Plus qu’un adage, une réalité pour celle qui a côtoyé Jean-Baptiste Alaize, rescapé du génocide rwandais, à l’Insep; et vu Didier Drogba, désormais vice-président de Peace and Sport, écouté par le peuple ivoirien lorsqu’il appelait à l’arrêt des conflits politiques, en 2010, "pour éviter toute confrontation dans la rue".

Le digne représentant d’une ONG qui mobilise toujours plus de champions.

"Peace and Sport est le leader mondial et ils veulent tous rentrer. Tous sont animés par ses valeurs et l’envie de transmettre leur passion."

Éduquer partout, y compris à Monaco. "Ce n’est pas la même jeunesse partout mais c’est à chaque fois un atout indispensable, une chance pour ces jeunes d’échanger avec des champions."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.