Logement trop cher, justice à réparer, soignants en souffrance: votez pour choisir le prochain dossier d'enquêtes

Vous avez le choix! C'est vous qui décidez du thème de nos prochains reportages. Chaque mois, nous faisons voter nos lecteurs pour choisir le sujet de notre dossier "solutions" qui donnera lieu à des enquêtes, longs formats, vidéos.

La rédaction Publié le 01/04/2023 à 09:30, mis à jour le 31/03/2023 à 18:35
interactif
Vous avez le choix entre : "Comment prendre soin de nos soignants?", " Quel traitement pour soigner une justice malade?" ou " Comment se loger sans se ruiner?"

C'est à vous de choisir le thème du prochain dossier du mois! Participez au vote pour départager les 3 sujets suivants: "Comment prendre soin de nos soignants?", " Quel traitement pour soigner une justice malade?" ou " Comment se loger sans se ruiner?"

Voici les synopsis de ces trois sujets.

Comment se loger sans se ruiner?

Trop cher, trop petit, trop rare, saisonnier, en mauvais état: se loger est une vraie galère dans les Alpes-Maritimes et le Var. Un paradoxe au regard des nombreuses résidences secondaires aux volets fermés les trois quarts de l’année. Difficile de trouver un appartement abordable alors que certaines villes comptent un stock de logements vacants.

En France, plus d'1,1 million de biens sont inoccupés depuis plus de 2 ans, à Nice, ils représentent 10% du parc privé. Étudiants, seniors, jeunes actifs, familles sont concernés par cette crise du logement. Au point de contraindre certains à l’exil et d’autres à rester chez leurs parents.

Quelles pistes existent pour accéder à un toit? Qui sont ceux qui se bougent pour sortir de la crise ? Quelles sont leurs idées pour dénicher les bons plans du marché?
Autant de questions que nous aborderons dans "Comment se loger sans se ruiner?", Saison 2.

Quel traitement pour soigner une justice malade?

Dans une question posée au Sénat en mars dernier, la sénatrice Brigitte Lherbier dressait un bilan préoccupant: "La France compte ainsi 3 procureurs pour 100 000 habitants contre 12 en moyenne au niveau européen et 11 juges contre 21 en moyenne. Seuls 50 postes de magistrats devraient pourtant être créés cette année".

Dossiers qui s’accumulent, délais de traitement toujours plus longs, perte de confiance des citoyens, au point, d’ailleurs, que certains d’entre eux n’hésitent pas à se faire justice eux-mêmes, les difficultés s’amoncellent.

Comment permettre à la justice de faire correctement son travail? Et aux justiciables de retrouver foi en cette institution? Alors que le Garde des sceaux vient d’annoncer une réforme en faveur du dégorgement de la justice, quelles réalités et marges de manœuvre sur le terrain dans les tribunaux azuréens et varois? Nous avons un mois pour enquêter.

Comment prendre soin de nos soignants?

A la veille des fêtes de fin d’année, Nice-Matin faisait état de la situation critique aux urgences du CHU de Nice. "Explosive", "catastrophique", "critique", "inédite", les qualificatifs employés par les soignants pour décrire la situation sont loin d’être positifs. Et les établissements hospitaliers de la capitale azuréenne loin d’être une exception face au malaise. Partout, ça craque… et depuis longtemps.

Au mois de janvier, des arrêts maladie en masse frappent les soignants. Selon le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), le nombre de postes d’infirmiers vacants était de 10 000 en 2019. Contre 60 000 en 2022. Fatigués, tenaillés entre la nécessité de porter secours et le manque de moyens, les professionnels se disent usés par des conditions de travail difficiles et jettent l’éponge.

Comment aider les soignants à aller mieux? Peut-on améliorer leurs conditions de travail? Quel rôle les citoyens peuvent-ils jouer pour soulager des professionnels? Autant d'angles que nous explorerons dans ce dossier pendant un mois. 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.