“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'initiative solidaire du jour: Soutenez les horticulteurs en offrant du muguet aux personnes âgées dans les Ehpad

Mis à jour le 08/04/2020 à 18:21 Publié le 07/04/2020 à 17:54
Mathilde Bignon et Audrey Venant, membres du collectif de la Fleur française

Mathilde Bignon et Audrey Venant, membres du collectif de la Fleur française Crédit: Virginie Garnier photographe

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'initiative solidaire du jour: Soutenez les horticulteurs en offrant du muguet aux personnes âgées dans les Ehpad

À cause de l'épidémie de Covid-19, la filière horticole est en danger faute de débouchés. Les personnes âgées isolées le sont encore plus: souvent privées de visite et exposées au virus. Le collectif de la Fleur française lance une campagne de crowdfunding "Les fleurs du bien: du muguet pour nos aînés" pour acheter et offrir des pots aux résidents et personnel soignant.

Au téléphone, Gérard Vignali répète: "Je ne sais plus comment faire." Chaque année au mois d'avril, cet horticulteur à La Crau (Var) envoie plusieurs centaines de milliers de pots de muguets à travers la France. Les affaires tournent comme ça depuis 40 ans: au 1er mai, c'est le muguet, à Toussaint les cyclamens. Et puis c'est tout. Comme de nombreux producteurs locaux, il ne travaille pas avec les grandes surfaces, seulement les grossistes et les fleuristes.

"J'ai 800 clients. Ils sont tous fermés. J'ai 160.000 pots de muguets, je suis tout seul." Presque: Il y a quelques jours, "Monsieur Nicolas de la Sodif" (un grossiste, ndlr) l'a appelé pour parler d'une "initiative". Gérard Vignali a dit oui, bien sûr. "On va essayer de sauver l'exploitation. J'ai 600.000 euros de factures, il faut bien que je les paye."

"ils risquent le dépôt de bilan"

L'initiative, c'est celle du Collectif de la Fleur française. À Paris, Mathilde Bignon, co-fondatrice de Désirée - une boutique éco-responsable qui ne travaille qu'avec des fleurs 100% origine France - et membre du collectif, rembobine:  "Au début, on a essayé de trouver des débouchés pour nos producteurs chez les primeurs, les magasins d'alimentation. C'est en discutant avec eux qu'on s'est rendu compte que le problème du muguet allait être énorme. Un prêt de trésorerie ne leur suffira pas à tenir le choc, ils risquent le dépôt de bilan.

"La filière horticole française est déjà fragilisée: en 50 ans, le nombre de cultivateurs est passé de 4.000 à 350"

Une nuit, sa collègue Audrey Venant a eu l'idée: "Livrer des pots de muguet aux personnes âgées et aux soignants dans des maisons de retraite le premier mai." Parce que les maisons de retraites sont en première ligne face à l'épidémie de Covid-19. "C'est dur pour les personnes âgées, souvent isolées, qui sont les premières victimes de l'épidémie. Pour le personnel aussi: on parle beaucoup des soignants à l'hôpital, moins dans les Ehpad", poursuit Mathilde. "Les fleurs du bien" est né. 

Comment ça marche?

La campagne de crowdfunding a débuté le 5 avril sur KissKissBankBank. Un don de 10 euros correspond à la livraison d'un pot de 3 griffes de muguet à une personne âgée. Pour chaque contribution sur la plateforme, un membre du personnel d'une maison de retraite reçoit un pot offert par le collectif. Pour la précommande de deux pots de muguets, 7 euros sont ainsi reversés au producteur - la livraison coûte 2,70 euros et 30 centimes couvrent les frais de transfert bancaire.

En deux jours, 12.000 euros ont été récoltés, ce qui correspond à une douzaine d'Ehpad livrés. À chaque fois, le collectif cherche des maisons de retraite à proximité des horticulteurs partenaires. "On a commencé en Île-de-France, mais on va livrer dans le Var, à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Epinal, Lyon..." Mathilde sourit: "Si on lève 5 millions d'euros, on livrera les 7.200 Ehpad de France!" 

Les pots seront transportés à partir du 27 avril "uniquement par des gens de la filière équipés de gants et masques", précise Mathilde Bignon, avec un cahier des charges d'hygiène bien précis: "Les pots sont stockés au froid 3 jours avant leur livraison. Puis lorsqu'ils arrivent en Ehpad, ils sont entreposés au moins 48 heures afin qu'il ne puisse plus y avoir le moindre résidu de virus". 

Pour participer

Pour la campagne de crowdfunding, c'est par ici.

Vous êtes horticulteur ou une maison de retraite et vous souhaitez contacter le Collectif de la Fleur Française: communication@collectifdelafleurfrancaise.com


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.