Rubriques




Se connecter à

Les opposants au pass sanitaire mobilisent aussi à Menton

Une petite centaine de personnes se sont réunies ce mercredi contre le pass sanitaire à Menton avant de défiler.

M.B. Publié le 28/07/2021 à 19:00, mis à jour le 29/07/2021 à 10:29
Après avoir procédé à une minute de silence et scandé le mot "liberté", les manifestants ont défilé dans les rues de Menton, des Sablettes jusqu’à la mairie. M.B.

Le mot s’était passé sur les réseaux sociaux. Dans la lignée des manifestations qui ont émergé ces derniers jours dans le département, plusieurs personnes ont appelé à protester "contre l’extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants" ce mercredi à Menton.

À 17 heures, une petite centaine de personnes se sont ainsi réunies aux abords de l’esplanade Francis-Palmero. Après avoir procédé à une minute de silence, la foule a scandé le mot "liberté" pendant un instant, sous les applaudissements. Les manifestants - des familles et des personnes de tout âge, pour la plupart vêtus d’un t-shirt de couleur blanche et d’un brassard noir - ont ensuite défilé le long de l’esplanade des Sablettes, "pour témoigner du soutien aux restaurateurs" et sur le boulevard de Garavan avant de poursuivre leur marche dans la rue piétonne et de terminer le rassemblement sur le parvis de la mairie de Menton. Non déclarée, la manifestation a tout de même été encadrée par la police.

 

Les organisateurs, dont une femme se déclarant soignante en milieu hospitalier, ont appelé à la prudence et au respect. " Nous sommes avec les résistants, avec les vaccinés, avec les non-vaccinés, avec les soignants, avec les restaurateurs, avec tous les Français", ont-ils affirmé à plusieurs reprises.

Avant d’insister sur un message à destination des soignants: "On voit tous les jours des soignants en larmes. Surtout, ne démissionnez pas. Allez voir un médecin, mettez-vous en arrêt de travail pour dépression, c’est l’état dans lequel vous êtes de toute façon, mais ne démissionnez pas, vous perdrez tous vos droits. Vous êtes malmenés et maltraités par ce gouvernement, nous vous soutenons!"

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.