Rubriques




Se connecter à

Les compteurs Linky vous font peur? 8 questions pour tout comprendre

D’ici à la fin de cette année, Enedis (ex-ERDF), devrait en avoir posé 35 millions. Obligatoire, parfois diabolisé, ce compteur communicant suscite toujours autant d’interrogations.

Franck Leclerc Publié le 12/07/2021 à 07:30, mis à jour le 12/07/2021 à 07:45
decryptage
Des années après le début du déploiement, le compteur connecté continue de générer appréhensions et fantasmes. (Photo Cyril Dodergny)

Selon les chiffres d’Enedis, le taux de satisfaction lors de la pose des compteurs Linky serait globalement de 92%. Or, régulièrement, des alertes circulent sur les réseaux sociaux pour dénoncer un effet nocif des ondes émises, ou un risque d’incendie. Pourquoi cette défiance de la part d’une petite fraction de la population, réfractaire à ce changement? Est-ce parce que, en échangeant des informations sur la consommation ou l’état de l’installation, Linky donne la sensation d’une forme d’intrusion? Téléphone portable, tablette, assistants vocaux et téléviseurs ou réfrigérateurs connectés en font bien davantage, sans éveiller tant de soupçons.

Huit millions de foyers suivent leur consommation

Cette crainte irraisonnée se double d’une phobie, chez certains, à l’égard de tout dispositif pouvant exposer à un champ électromagnétique. Alors qu’une plaque à induction émet 30 volts par mètre, très loin devant un mobile 4G (4 V/m), une box Internet (2,8 V/m), un ordinateur portable (0,43 V/m) ou une tablette (0,4 V/m).

Linky, assure Enedis, ne coûte pas plus au client. Et lui garantit même des économies à l’utilisation, le suivi de la consommation ayant déjà été adopté par 8 millions de foyers au travers d’applications dédiées, dont 1,8 directement sur leur compte Enedis. Seulement voilà, chaque mois, plus de 30.000 diagnostics sont assurés à distance par l’opérateur, grâce aux fonctionnalités Linky. C’est probablement ce qui émeut les opposants au compteur connecté.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) s’est penchée à plusieurs reprises sur la question de l’"électrohypersensibilité", ou EHS, dont se plaignent des patients qui évoquent maux de tête, vertiges, pertes de mémoire, douleurs dans la nuque, troubles oculaires ou du sommeil.

 

"Electrohypersensibilité": qu’est-ce que c’est?

Il n’existe pas, à ce jour, de critères de diagnostic validés, souligne l’agence, qui concluait en 2018 que la seule possibilité de définition de l’EHS repose sur l’auto-déclaration. Mais ces symptômes, ainsi que l’isolement social auquel ils conduisent, correspondent à une réalité vécue, admet l’Anses.

Quarante experts, mobilisés pendant près de quatre ans, ont investigué un grand nombre d’hypothèses pour comprendre. Sans toutefois établir de lien de cause à effet entre ces difficultés et l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Rien de concret, donc. Ce qui n’empêche pas l’agence de prendre le problème au sérieux. "Les symptômes, qui peuvent avoir un retentissement important sur la qualité de vie de ces personnes, nécessitent et justifient une prise en charge adaptée par les acteurs des domaines sanitaire et social", conclut en effet son rapport.

Le compteur Linky suscite des interrogations, alimente un débat, est sujet à polémique. Pour s’y retrouver, voici quelques-unes des questions qui se posent, et les réponses d’Enedis.

 

Quelle est la fréquence des messages?

Tout comme l’ancien matériel, le nouveau compteur mesure simplement la consommation globale d’électricité́ du foyer en kilowattheures. Il envoie ces données une fois par jour aux systèmes d’information d’Enedis. Elles sont alors disponibles sur l’espace client sécurisé. Le client peut ainsi y avoir accès à tout moment. Elles sont envoyées une fois par mois uniquement au fournisseur d’électricité afin d’établir la facturation.

Enedis envoie aussi des signaux permettant de s’assurer de l’état de la chaîne communicante entre les concentrateurs et les compteurs à un instant donné. Ces opérations permettent d’interroger un compteur à distance et d’avoir un diagnostic ou pré-diagnostic, notamment pour identifier l’origine d’une coupure électrique ou d’un incident sur le réseau afin de rétablir l’alimentation des clients dans des délais plus réduits. Ainsi, Enedis réalise chaque mois plus de 30.000 diagnostics clients grâce aux fonctionnalités Linky.

Y a-t-il un danger si le compteur est à l’intérieur?

Les différentes mesures réalisées par des laboratoires indépendants (Anses et ANFR) l’ont montré, le compteur ne représente aucun danger, ni pour la santé ni pour l’environnement.

Peut-on s’y opposer?

Le changement de compteur est obligatoire. Sa pose constitue une obligation légale d’intérêt général. Au-delà, ce nouveau compteur est indispensable pour répondre aux nouveaux besoins des clients (véhicules électriques, production renouvelable, autoconsommation…). Le compteur appartient aux collectivités territoriales, qui confient à Enedis son exploitation à travers un contrat de concession. Tout comme lorsque nous changeons un câble ou un poteau électrique, nous devons pouvoir changer les compteurs.

La concentration dans une copropriété: un problème?

Le compteur utilise pour communiquer la technologie des courants porteurs en ligne (CPL): les informations recueillies par le compteur sont envoyées sous forme de signal électrique, qui circule dans les câbles du réseau électrique basse tension jusqu’à Enedis.

 

Le CPL est une technologie éprouvée et utilisée depuis plus de cinquante ans par des millions de personnes dans le monde, notamment pour envoyer le signal "heures creuses" aux compteurs électriques, et pour des usages domestiques. Babyphone, box Internet, volet roulant électrique…

Y a-t-il un risque d’incendie?

Les nouveaux compteurs communicants ne prennent pas feu. À ce jour, Enedis n’a constaté aucun départ d’incendie lié à un défaut du compteur. Toutes les analyses réalisées lors d’incidents d’origine électrique, survenus dans des habitations équipées d’un compteur Linky, l’ont démontré formellement.

Le compteur communicant a été testé en laboratoire, ainsi que chez les constructeurs, dans des conditions extrêmes: chaud, froid, pluie… Il respecte des normes techniques élevées. Il est donc parfaitement établi qu’un compteur communicant ne peut prendre feu par lui-même.

Des factures qui augmentent?

Linky compte exactement la même énergie et de la même façon qu’un autre compteur. Les compteurs sont certifiés par un organisme indépendant, le laboratoire national de métrologie et d’essais.

Poser un filtre sert-il à quelque chose?

Le filtre n’a pas d’intérêt technique puisque le nouveau compteur ne génère pas plus de champ électrique que les anciens compteurs et respecte la réglementation en vigueur.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.