“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Azuréens et les Varois champions de la fraude dans les TER

Mis à jour le 13/01/2016 à 05:06 Publié le 13/01/2016 à 14:07
Se munir d'un billet avant de monter dans le train ? Sur la Côte, ils sont plus de 22 % à s'en affranchir. Presque un usager sur quatre !	(Archive photo Frantz Bouton)

Les Azuréens et les Varois champions de la fraude dans les TER

Avec plus de 22 % de fraudeurs, les Azuréens, de Nice à Toulon, décrochent la palme régionale de la resquille. Chaque année, la SNCF perd 10,5 millions d'euros en Paca qu'elle peine à recouvrer

Le prix d'une rame de nouvelle génération. Un mois de recette. Voilà ce que représente aujourd'hui, le coût de la fraude dans les trains express régionaux (TER) en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Et pompon sur la Riviera, c'est entre Menton et Mandelieu que les resquilleurs de tous bords sont les plus actifs.

Un phénomène que déplore la SNCF. « Nous distinguons deux types de fraudeurs », explique Joëlle Redor, directrice commerciale et qualité pour TER. « Pour PACA, la fraude s'élève à 18 %. Dont 13 % de fraude dure qui représente un manque à gagner de 10,5 millions d'euros ». La fraude dure ? « Celle des usagers qui n'ont pas de billets du tout ou des titres non compostés qui ne génèrent donc pas de chiffre d'affaires. On la distingue de la fraude occasionnelle. Il s'agit plus souvent de la billétique non validée faute de connaissances techniques par nos abonnés qui sont quand même prélevés tous les...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct