Rubriques




Se connecter à

L'émouvant hommage de la commune de Plan-de-la-Tour à Doriane, 32 ans, victime d'un féminicide

Il y avait beaucoup d'émotion en ce début de soirée sur le parvis de la mairie du Plan-de-la-Tour: à 18h, plus de 300 personnes se sont retrouvées pour honorer la mémoire de Doriane Ragon, 32 ans, abattue dans la nuit de samedi à dimanche à quelques centaines de mètres de là devant le portail de sa copropriété.

La rédaction Publié le 21/07/2021 à 19:35, mis à jour le 21/07/2021 à 19:36
video
Photo Camille Dodet

Sur les marches de l'escalier de l'hôtel de ville, recouvert de fleurs et de portraits de la jeune femme, le maire Laurent Giubergia a fait l'éloge funèbre de la jeune femme, unanimement appréciée, et remercié tous les villageois qui avait fait le déplacement en hommage à Doriane et en soutien à sa fillle Zoé, sa famille et ses proches.

Il a fait observer un instant de recueillement avant de laisser la parole au retraité de 90 ans dont la victime s'occupait à son domicile. Ses mots ont été poignants, témoignant au-delà de la relation de travail de l'affection qui était née entre eux.

Doriane Ragon, 32 ans, a été tuée d'une balle dans la tête dans la nuit de samedi à dimanche devant sa résidence de la commune de Plan-la-Tour. 

Le principal suspect de ce féminicide a été retrouvé mort 48h après sur la commune de Gréolières dans les Alpes-Maritimes, après deux jours de traque. 

Identifié par les enregistrements des caméras de vidéosurveillance de la résidence et l'analyse technique du téléphone de la victime, le salarié d'une entreprise de travaux publics dans les Alpes-Maritimes avait bien eu "une relation sentimentale" avec la victime, mais celle-ci avait "duré fort peu de temps", a dit mardi le procureur adjoint de Draguignan.

Dans le cadre de leur relation, "la victime avait déploré le caractère relativement harcelant de celui qui fut son compagnon", a précisé le magistrat.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.