“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le télétravail devient obligatoire à Monaco... dès que c'est possible

Mis à jour le 05/05/2020 à 21:55 Publié le 05/05/2020 à 21:49
Le Conseil national s’est réuni pour voter un texte dans l’urgence et tenter de donner des outils législatifs pour tenter de traiter plusieurs aspects des relations de travail en cette période de crise sanitaire.

Le Conseil national s’est réuni pour voter un texte dans l’urgence et tenter de donner des outils législatifs pour tenter de traiter plusieurs aspects des relations de travail en cette période de crise sanitaire. Photo Conseil national

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Le télétravail devient obligatoire à Monaco... dès que c'est possible

Le Conseil national a voté à l’unanimité un projet de loi, hier soir, rendant, entre autres, le télétravail obligatoire durant la crise sanitaire, pour tous les postes où c’est possible en Principauté

"Pour contribuer à la limitation de la propagation du virus, afin de protéger bien sûr la santé des salariés et des employeurs mais aussi de toute la population, le projet de loi n° 1014 (voté ce mardi soir à l’unanimité du Conseil national, le Parlement monégasque, ndlr) rend obligatoire le télétravail pour tous les postes qui le permettent, tant que les déplacements sont limités. Le télétravail est aussi vivement recommandé et donc facilité tant que durera cette crise sanitaire. Dans cette période difficile, le télétravail a été mis sur le devant de la scène et son efficacité a été durablement prouvée."

Au-delà de la crise

Ce mardi, Stéphane Valeri, le président de l’Assemblée, le même qui avait œuvré avec détermination pour permettre le télétravail en 2016, s’est réjoui, aux côtés des vingt élus présents hier soir, et du gouvernement, que le secteur tertiaire ait pu ne pas être totalement paralysé depuis le 18 mars.

L’"efficacité" du télétravail a été également mentionnée par le Ministre d’État Serge Telle (le chef du gouvernement princier). "L’obligation du télétravail sur les postes qui le permettent est un compromis remarquable et particulièrement utile dans le cadre de la crise actuelle."

Mais la crise sanitaire pourrait être également une occasion de changer la relation de travail. En effet, "ce texte permet un certain nombre d’avancées particulièrement concrètes dans les domaines contractuel, social, sanitaire et même pénale, parmi lesquels (...) le télétravail, fermement encouragé et facilité pendant la durée de la crise et même au-delà."

Et Christophe Robino, élu de la majorité et président de la commission des affaires sociales et affaires diverses, d’insister sur ce qu’il considère comme les avantages du télétravail: "L’expérience du Covid-19 a permis de rendre possible le développement du télétravail. S’il y a une leçon positive à retenir de cette crise, c’est qu’il s’agit d’un outil très utile pour le développement des activités salariées en Principauté. Le télétravail permet de développer la masse salariale pour le bénéfice de notre régime social."

Le président de l’Assemblée a, à son tour, mentionné que "le télétravail a été mis sur le devant de la scène et son efficacité a été durablement prouvée".

Stéphane Valeri ajoutera plus tard: "Cette crise va durer, nous le savons tous. Des temps difficiles sont encore devant nous. Nous souhaitons tous, ici, que Monaco soit un modèle de relance économique. Ce soir, nous y contribuons avec le vote de ce texte."

Il est donc possible que le principe du télétravail s’impose comme une évidence pour bien plus de salariés que les 1.119 personnes qui travaillaient une partie du temps à la maison avant le 18 mars dernier…

Le compte rendu de la séance publique et les discussions sur le projet de loi seront publiés dans une prochaine édition.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.