Rubriques




Se connecter à

Le téléphérique urbain est-il la solution contre les bouchons?

Le projet se concrétise pour la construction d'un téléphérique qui devrait relier Saint-Laurent-du-Var et Nice en 2025. Pourquoi ce mode de transport se développe-t-il dans les villes?

Sophie Casals Publié le 24/05/2022 à 10:57, mis à jour le 24/05/2022 à 14:37
Visuel du futur téléphérique entre le Cadam et Saint-Laurent-du-Var. (Métropole Nice Côte d’Azur)

Relier en 3 minutes Saint-Laurent-du-Var à la ligne 2 du tramway à Nice-Ouest. C'est l'objectif du téléphérique dont le projet vient de franchir une nouvelle étape avec le lancement du marché de réalisation, de conception et de maintenance de cet ouvrage (dont le coût est estimé à 40 millions d'euros).

Une liaison par les airs en 2025

La ligne est prévue d'entrer en service entre Saint-Laurent-du-Var et Nice en 2025. Elle permettra de transporter 3600 voyageurs par jour entre la mairie de Saint-Laurent-du-Var où un parking relais sera aménagé et le terminus Cadam de la ligne 2 du tramway. Le trajet pour parcourir 800 mètres durera 3 minutes avec une fréquence toutes les 4 minutes 30.

Ce mode de transport se développe en France. Ainsi Ajaccio ou Grenoble s'apprêtent à passer à la mise en chantier d'une ligne, tandis que Toulouse vient d'inaugurer le plus long téléphérique urbain de France. Mis en service le 13 mai, il couvre 3 km de distance et 3 stations. Plus de 60.000 personnes l'ont emprunté le week-end de l'ouverture.

Pour l'heure, dans les Alpes-Maritimes et le Var, seule Toulon en possède un, mais à vocation touristique.

 

Un gain de temps

Pourquoi choisir la voie des airs? "Le téléphérique permet d’enjamber toute forme de coupure urbaine et naturelle, autoroute, fleuve, lac...", a expliqué Victor Antonio, directeur des mobilités à Brest Métropole à notre confrère de Thegood.fr. Dans la ville portuaire, le premier téléphérique urbain de France relie depuis 2016 les deux rives du fleuve Penfeld.

A Toulouse aussi, il s'agit de survoler un cours d'eau, la Garonne et… les embouteillages. Le téléphérique permet aux passagers d'effectuer en 10 minutes un trajet habituellement réalisé en 40 minutes avec la voiture.

Un mode de transport écologique

"Avec une faible emprise au sol et un fonctionnement totalement électrique, ce sont des modes de transports vertueux sur le plan environnemental," analyse Pierre-Yves Péguy, directeur du Laboratoire Aménagement Économie Transports à l'Université Lumière Lyon 2.

C'est d'ailleurs l'argument avancé par la Métropole niçoise pour motiver ce choix, plutôt qu'un pont réservé aux mobilités douces initialement envisagé. "Le téléphérique permet de franchir le Var sans réaliser de viaduc et donc sans impacter la biodiversité et les ressources naturelles du fleuve et de ses alentours. Il ne nécessite la construction que de deux pylônes et de deux stations."

Le téléphérique séduit aussi car il est moins onéreux qu'un tram par exemple. Brest a déboursé 19 millions d’euros pour permettre à 800.000 passagers par an de franchir le fleuve. A Nice on annonce un budget prévisionnel de 40 millions d'euros.

 

Et demain?

Dans la vallée du Var, un second projet entre La Gaude et Lingostière figure au schéma directeur des transports.

Par ailleurs, entre La Turbie et Monaco un téléphérique est envisagé pour accéder et repartir de la principauté par la voie des airs. En s'affranchissant du relief et des embouteillages.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.