“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le prince Albert II envisage de généraliser le port du masque dans l'espace public

Mis à jour le 07/08/2020 à 11:24 Publié le 07/08/2020 à 06:38
 Le prince Albert II évoquera ce vendredi avec son gouvernement la possibilité d'étendre l'obligation de porter le masque dans l'espace public.

Le prince Albert II évoquera ce vendredi avec son gouvernement la possibilité d'étendre l'obligation de porter le masque dans l'espace public. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le prince Albert II envisage de généraliser le port du masque dans l'espace public

Lors d’un entretien exclusif, ce jeudi soir, le souverain annonce que dans certains secteurs à forte densité de population à Monaco, "nous allons devoir aller vers le port du masque obligatoire".

En temps normal, les concerts au Palais princier réunissent un public de mélomanes qui paient jusqu’à 100 euros pour assister aux prestations de l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, dans le cadre magique de la cour d’honneur du Palais. Mais en cette année 2020 frappée par la pandémie de coronavirus, rien ne se passe comme d’habitude. Cet été, il n’y aura eu que deux concerts au Palais, avec une jauge restreinte.

Et ce jeudi soir, pour le second et dernier concert de l’été, le prince Albert II a décidé d’inviter quelque 400 personnes pour les remercier de leur mobilisation sans faille durant les heures les plus difficiles de la crise sanitaire. Deux heures avant le concert, le souverain a expliqué pourquoi. Il a aussi annoncé qu’il envisageait sérieusement de rendre le port du masque obligatoire dans certains secteurs de la Principauté.

Avez-vous hésité à maintenir des concerts au Palais cet été?
J’ai tenu à ce qu’il y ait des concerts, malgré tout. Il ne fallait pas interrompre cette tradition vieille de 61 ans, qui consiste à offrir des concerts au public dans la cour d’honneur du Palais princier. À l’occasion de ce deuxième concert, j’ai voulu remercier toutes celles et ceux qui, de près ou de loin, se sont mobilisés au plus fort de la crise sanitaire.

Qui avez-vous invité?
Au travers de ce concert, j’ai souhaité remercier tous les personnels de santé, les bénévoles des associations comme la Croix-Rouge monégasque, la Fondation Princesse Charlène, Fight Aids Monaco, la Société Saint-Vincent-de-Paul, et j’en oublie certainement. Il y a également les représentants de la force publique, des agents de l’État et de la commune, mais aussi de toutes ces sociétés qui ont bouleversé leurs procédures pour produire des masques, par exemple, comme Bettina et Banana Moon. Je pense aussi aux caissières et à tous ces personnels du secteur du commerce qui étaient en première ligne et qui ont continué de travailler pendant le confinement. J’ai voulu remercier tous ceux sans qui nous n’aurions pas réussi à être épargnés par le Covid.

"Remercier tous ceux qui se sont mobilisés”

Mais la guerre contre le virus est encore loin d’être gagnée…
Oui, ce n’est pas terminé. Il faut que l’on continue à encourager et soutenir toutes ces personnes. La solidarité nous permettra de surmonter ces difficultés et venir à bout du coronavirus.

Les services de l’État, en Principauté, vous ont-ils semblé à la hauteur de la crise?
Face à cette situation inédite, il a pu y avoir au début, comme ailleurs, quelques flottements. Tous les pays ont connu cela. Mais nous avons su prendre les bonnes décisions au bon moment.

À quelles décisions pensez-vous?
Lorsque nous avons enfin pu avoir le matériel de défense en quantité suffisante, je pense aux masques et au gel, ainsi que les tests, nous avons lancé une campagne de tests très importante. Plus de 95 % de la population a été testée, ainsi que de très nombreux salariés. C’est considérable. Peu de pays peuvent présenter un tel bilan qui, pour l’instant, est favorable. Nous avons une proportion de cas de Covid et d’hospitalisations dans la population extrêmement faible.

"Plus de 95 % de la population a été testée”

Redoutez-vous une deuxième vague?
Cette pandémie est loin d’être terminée. Nous devons rester plus que jamais vigilants. Nous constatons, les chiffres s’améliorant, que les gens se sont laissé aller à prendre moins de précautions pendant les vacances, à faire la fête. Or, il ne faut pas oublier que le virus est toujours là, que nous devons tous continuer à prendre des précautions et respecter les gestes barrières.

Justement, en France, dans les villes voisines comme à Menton et Nice, ce constat a conduit les autorités à rendre le port du masque obligatoire en extérieur, dans les secteurs les plus fréquentés. Envisagez-vous de prendre une décision semblable à Monaco ?
Je pense effectivement que dans certaines zones piétonnes, certains espaces en plein air où l’on constate une forte densité de population, nous allons malheureusement devoir aller vers le port du masque obligatoire. J’ai toutefois remarqué ce midi, pendant la relève de la garde, que 80% des personnes qui y assistaient portaient le masque. Les gens voient que les carabiniers le portent et que le déroulement de la relève de la garde a été modifié afin d’établir une distanciation physique ; je pense que ça les incite à porter le masque spontanément.

Votre décision d’instaurer cette obligation dans certains espaces publics est-elle prise?
Ce n’est pas encore acté. Je vais en discuter avec le gouvernement dans les heures qui viennent [ce vendredi, ndlr]. Nous verrons alors quelles mesures nous devrons prendre.

Explosion au Liban : "On ne peut pas encore tirer de conclusions sur les causes de cet accident tragique"

"L’image de cette explosion est tout à fait dramatique et m’a laissé perplexe. Si l’enquête conclut à l’accident, c’est très grave et il faudra désigner un responsable. S’il y a autre chose, c’est encore plus grave. On ne peut pas encore tirer de conclusions sur les causes de cet accident tragique. L’heure est aujourd’hui à la solidarité, au soutien, aux témoignages d’amitié avec les Libanais. Les liens sont très anciens entre la Principauté et le Liban."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.