“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le nouveau sous-marin nucléaire français le Suffren officiellement lancé ce vendredi

Mis à jour le 12/07/2019 à 14:17 Publié le 12/07/2019 à 14:00
Le Suffren, sous-marin nouvelle génération de la Marine nationale.

Le Suffren, sous-marin nouvelle génération de la Marine nationale. Photo AFP

Le nouveau sous-marin nucléaire français le Suffren officiellement lancé ce vendredi

Le président de la République Emmanuel Macron a officiellement lancé vendredi à Cherbourg le Suffren, premier d'une série de six nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque plus discrets et polyvalents, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Devant le mastodonte d'acier noir de 99 mètres de long dont l'étrave est recouverte d'une cocarde bleu-blanc-rouge et les parties confidentielles masquées à la vue des 700 invités, le président, encadré de deux salariés du constructeur Naval Group et de deux membres de l'équipage du navire, a simplement abaissé une manette.

>> RELIRE. Ce que l'on sait sur le sous-marin nucléaire nouvelle-génération qui arrive à Toulon l'été prochain

S'est alors déclenchée une micro-animation video simulant la présence du sous-marin dans son milieu naturel, l'océan.

La ministre australienne de la Défense Linda Reynolds, dont le pays a acquis 12 sous-marins de cette classe nommée Barracuda dans une version non-nucléaire à propulsion diesel-électrique, a assisté à la cérémonie ainsi que de nombreuses délégations étrangères, dont l'ancien Premier ministre et ex-maire de Cherbourg Bernard Cazeneuve.

Le chef de l'Etat, qui a rencontré les membres de l'équipage et les équipes industrielles, doit prononcer une courte allocution. Il a auparavant visité les entrailles du sous-marin et notamment son "cœur numérique", le centre d'opérations d'où est commandé le bâtiment.

Dans ce compartiment, un joystick pour diriger le sous-marin, de nombreux écrans marquant la digitalisation du bâtiment, notamment pour retransmettre les images d'une caméra fixée en haut d'un mât qui remplace le périscope.

"Ça change", a lâché le président, qui avait déjà passé plusieurs heures à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) après son entrée en fonction.

>> LIRE AUSSI. Le sous-marin dernière génération Suffren affecté à Toulon à l'été 2020

Le président Macron lors de la cérémonie de lancement du Suffren à Cherbourg, le 12 juillet 2019
Le président Macron lors de la cérémonie de lancement du Suffren à Cherbourg, le 12 juillet 2019 AFP / Lou BENOIST

Il a également visité les quartiers de l'équipage. Celui-ci comprend 63 personnes et deux oreilles d'or, ces spécialistes capables d'identifier grâce au sonar les bruits extérieurs. L'équipage pourra comprendre des femmes, le sous-marin étant moins exigu que la génération qu'il remplace de la classe Rubis.

Les chambres sont notamment de six personnes maximum, contre 12 auparavant.

Le Suffren pourra naviguer en toute autonomie pendant 70 jours (contre 45 pour les Rubis) à 350 mètres de profondeur.

Outre les missiles antinavires et de nouvelles torpilles, il emportera des missiles de croisière (MdCN) de 1.000 km de portée et pourra déployer des forces spéciales dotées d'un propulseur sous-marin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct