Rubriques




Se connecter à

Le département des Alpes-Maritimes champion de France des amendes distribuées pour non-respect du premier confinement

C'était il y a plus d'un an. Entre le 17 mars et le 10 mai, la France a éprouvé la définition du verbe "confiner". Alors que le nombre des hospitalisations causées par la Covid-19 grimpait, deux autres chiffres étaient en hausse: celui des contrôles de police et gendarmerie, et son corollaire, le nombre de procès-verbaux établis pour non-respect du confinement. Dans le classement par département des verbalisations rapportées au nombre d'habitants, la Côte d'Azur grimpe sur la première marche du podium.

Aurore Malval Publié le 21/07/2021 à 19:18, mis à jour le 22/07/2021 à 00:01
La police procède à un contrôle des attestations de sortie lors du premier confinement, en mars 2020. Photo Laury Holste

Près d'1,2 million d’infractions pour non-respect du confinement ont été relevées à travers la France entière par les forces de l'ordre entre le 17 mars et le 10 mai 2020.

Parmi les motifs de ces PV, on trouve principalement des déplacements interdits ou sans justificatif conforme, des violations d'une mesure préfectorale, des circulations dans un lieu interdit ou à une heure interdite, le non-respect d'une mesure de mise en quarantaine ou d'isolement, l'ouverture d'un établissement recevant du public ou d'un lieu de réunion malgré une mesure de fermeture temporaire, des rassemblements ou réunions interdites, des infractions liées aux prix réglementés et à l'entrave au fonctionnement du dispositif de santé et tous les cas de récidive. 

Dans les Alpes-Maritimes, 40.480 dossiers d'infraction sont recensés. C'est presqu'autant que dans les Bouches-du-Rhône (45.192). Sauf que le département est presque deux fois moins peuplé. Rapporté à 1.000 habitants, le nombre de PV établis monte à 37,5. Un record en France.

 

Juste derrière, vient Paris avec 32,5 PV pour 1.000 habitants, puis les départements franciliens de la Seine-Saint-Denis et du Val d'Oise, respectivement 31 et 27 infractions relevées pour 1.000 habitants.

Le Var arrive en 9e position de ce classement avec 23 PV pour 1.000 habitants.

La moyenne en France tourne autour de 18 infractions pour 1.000 habitants.

Les départements les moins "verbalisés" sont aussi les plus ruraux -et les moins touchés par l'épidémie-, comme la Lozère avec 8 verbalisations pour 1.000 habitants. 

 

Ces chiffres n'avaient jamais été rendus publics jusqu'alors.

Dans une interview donnée à Libération le 19 mai 2020, Laurent Nunès, alors secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur déclarait: "Il n’y a eu ni restriction dans les contrôles ni zèle dans certains territoires, je peux vous l’affirmer. Nous avons le détail par département. Ces chiffres n’ont rien de secret." 

Le journaliste Alexandre Léchenet les a donc réclamés. Il s'est écoulé un an entre sa demande et la réponse de l'administration, qu'il a reçue hier, le 20 juillet. "Il a fallu un avis de la CADA (la commission d'accès aux documents administratifs, qui peut être saisie lorsqu'une administration refuse l'accès à des documents administratifs ou des archives publiques, NDLR) et un recours devant le tribunal administratif (toujours en cours) pour avoir une réponse", explique le journaliste. 

Attention, "ces chiffres ne dressent pas un classement des départements les plus désobéissants pendant la première période de confinement, ils sont avant tout un reflet de l'activité policière", précise Alexandre Léchenet. Ils sont en effet à relativiser par rapport au nombre de contrôles effectués dans chaque département, et aux effectifs de police, de gendarmerie et vraisemblablement de police municipale mobilisés pour les mener. 

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.