Rubriques




Se connecter à

Le Conseil Scientifique prône une "autorégulation" et un renforcement de l'autonomie de la population concernant la gestion de l'épidémie

Pour le Conseil Scientifique, la population doit pouvoir "s'autoréguler" sur la gestion de l'épidémie.

La rédaction Publié le 25/01/2022 à 16:50, mis à jour le 25/01/2022 à 16:35
Illustration. Photo AFP

Voir Jean-François Delfraissy, président du Conseil Scientifique ce mardi 25 janvier sur le plateau de France info, sans masque avait quelque chose d'inhabituel. En règle générale, l'immense majorité des scientifiques et médecins qui interviennent à la télévision portent des masques. Mais cette fois, pas le Pr Delfraissy.

S'il a rappelé qu'il fallait tout de même le porter en intérieur, ce qui est obligatoire, il s'est tout de même permis de l'enlever dans le studio. "Il faut que l'on recommence quand même à voir nos visages un tout petit peu", a-t-il souligné, expliquant que la distance sociale était respectée dans le studio.

Des injonctions encore quelques temps et puis... 

Un changement de paradigme pour le Conseil Scientifique et l'immunologue qui souhaite désormais que les français puissent "s'autoréguler" sur la gestion de l'épidémie. En témoigne sa réaction ce mardi, alors qu'il était interrogé sur les autotests. "On a un élément nouveau depuis Omicron, c'est l'autotest. C'est très important, ça rentre dans cet aspect de changement de concept sur la prise en charge de l'épidémie. Continuer encore un certain temps les injonctions et que nos concitoyens puissent s'autoréguler et se connaître et se connaître, c'est utiliser les autotests. Leur utilisation m'apparait être un élément extrêmement positif", a détaillé le scientifique. 

Un point de vue que l'on retrouve dans l'avis de l'instance scientifique, en date du 20 janvier dernier. Ces spécialistes soulignaient que le gouvernement devait prendre en compte les connaissances et pratiques acquises par la population, depuis le début de la pandémie. D'autant que les mesures restrictives semblent "désormais plus difficiles à envisager" en raison des instruments de lutte contre l'épidémie d'ores et déjà disponibles et l'immunité de la population. 

"Renforcer l’autonomie de nos concitoyens"

Avec ces pratiques acquises, il apparaît "souhaitable" pour le Conseil Scientifique de "renforcer chaque fois que possible l’autonomie de nos concitoyens dans la lutte contre l’épidémie. Cela peut conduire à privilégier l’appréciation personnelle dans l’usage de certaines technologies, qu’elles soient médicales, biologiques ou autres, telles que le recours aux autotests, à la vaccination volontaire pour les enfants ou l’usage décentralisé de TousAntiCovid. Il peut aussi être question d’organisation collective, par des incitations au télétravail dans les périodes critiques, ou par la délégation à des organisations de la société civile de "ses" conditions d’activité de nature à limiter les effets de l’épidémie (collectivités, fédérations, entreprises, associations…)".  

A une condition toutefois, que les informations scientifiques sur l'évolution de l'épidémie soient disponibles. "Ces informations doivent être actuelles, factuelles, objectives, fiables, documentées, lisibles et compréhensibles par le plus grand nombre", estiment-ils.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.