“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le chant, le jeu et les mots contre le harcèlement

Mis à jour le 09/11/2018 à 05:06 Publié le 09/11/2018 à 05:06
Cette journée s'inscrit dans le plan d'action et de prévention du gouvernement princier contre le harcèlement en milieu scolaire. Celui-ci repose sur trois piliers : prévenir et détecter les phénomènes de harcèlement, former les adultes encadrant les élèves, traiter les situations…
	(Illustration/Archives Nice-Matin)

Le chant, le jeu et les mots contre le harcèlement

Hier, les établissements de la Principauté ont mené des actions de sensibilisation pour traiter de la problématique. Le collège Charles-III y a participé à tous les niveaux. Immersion

On joue au jeu de celui qui sera le plus cruel (...) Les claviers ça tire, les ordis sont des armes. » Sur la scène du collège Charles-III, quatorze collégiens chantent avec leur cœur. Leurs tripes. Les rimes originelles de Patrick Bruel et La Fouine s'enchaînent avec force et poésie. Les mots prennent tout leur sens. En interprétant Maux d'enfants devant leurs camarades de 4e, ces jeunes-là envoient un signal fort en cette journée contre le harcèlement scolaire. Non aux brimades. Non aux insultes. Non à l'humiliation.

Parmi les choristes, Ghita, jadis harcelée par trois supposées « copines ». « Si je ne leur donnais pas mon goûter, je n'étais plus leur amie et elles allaient dire à la maîtresse que je disais des gros mots », glisse-t-elle. Des mots d'apparence futiles, enfantins, mais qui...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct