“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La journée internationale des migrants, l'occasion de dissiper les préjugés

Mis à jour le 18/12/2017 à 09:55 Publié le 18/12/2017 à 09:50

La journée internationale des migrants, l'occasion de dissiper les préjugés

C'est la journée internationale des migrants. Une date proclamée par les Nations unies en 2000 qui prend tout son sens à la frontière franco-italienne -légitimant une série de conférences à Menton et Nice.

Depuis 2015, la journée internationale des migrants a pris tout son sens à la frontière franco-italienne.

Depuis que la crise migratoire est devenue un fait concret sur le territoire, et non plus un lointain questionnement géopolitique.

Conscients qu'une véritable réflexion doit être entamée pour sortir de l'impasse, divers acteurs politiques et associatifs locaux ont ainsi décidé de programmer une série de rencontres et de conférences à cette occasion.

L'ex maire de Lampedusa attendue

Principalement à Nice (voir ci-dessous) et à Menton. Où la fédération départementale du Parti socialiste organise une conférence, dès 18h, à la salle Saint-Exupéry. En présence de Sylvie Guillaume, député européenne, de Marie-Laure Fages, secrétaire nationale à l'humanitaire et aux droits de l'Homme. Et -en principe- de l'avocate de l'association "Roya citoyenne" Mireille Damiano.

Sauf désagrément de dernière minute, la maire de Lampedusa entre 2012 et 2017, Giusi Nicolini, devrait également être présente. Elle, qui a reçu cette année le prix Félix Houphouët-Boigny de l'Unesco pour la recherche de la paix.

Comment ces intervenantes ont-elles été choisies -et convaincues? "Nous travaillons beaucoup avec Sylvie Guillaume et Marie-Laure Fages, qui sont déjà venues ici et qui connaissent très bien le sujet", commente le patron du PS dans les Alpes-Maritimes, Xavier Garcia.

Ajoutant qu'on doit l'invitation de l'élue italienne au représentant mentonnais du parti. "Alors qu'il était en vacances en Sicile, Frédéric Pellegrinetti a fait un crochet par Lampedusa. Il a demandé à s'entretenir avec la maire. Et ils ont, depuis, gardé contact."

Chacune des intervenantes pourra ainsi représenter une échelle différente: tantôt nationale, tantôt européenne, tantôt juridique.

Les organisateurs espèrent que l'expérience du terrain sera, quant à elle, exprimée dans le public.

"Au-delà de la question humanitaire, au-delà des protestations, il faut pouvoir trouver des solutions en amont - plutôt que de bloquer à la frontière, reprend Xavier Garcia. Et s'il faut faire des critiques sur la situation actuelle, on les fera. On se l'est déjà permis quand le PS était au pouvoir." 

Le représentant local se dit également prêt à en recevoir. L'essentiel étant que le débat fasse avancer les choses. Que le tabou se lève peu à peu. "Traiter cette question librement, c'est difficile. Entre autres parce que le FN biaise le débat. Mais on va essayer d'avoir une discussion rationnelle. La vision a trop longtemps été normative."

 Sur le sujet, son propre point de vue est clair: l'immigration "n'est pas une malédiction". Mais dans la mesure où "elle n'est pas près de s'arrêter", il est grand temps de se pencher sur cette réalité. Et de "tirer le meilleur d'une situation difficile".

Migrants logés à la permanence du PS

Si la journée internationale recèle un fort pouvoir symbolique, c'est toute l'année que le PS œuvre pour la cause des migrants, souligne Xavier Garcia. "Nous y sommes sensibilisés. Durant l'été, nous avons notamment logé des migrants à trois reprises dans notre permanence." 

En janvier, la fédération devrait par ailleurs recevoir le député Luc Carvounas, porteur d'un projet de loi sur l'accueil des migrants. "N'est-ce pas le rôle des politiques de faire avancer les choses?"

La Roya se déplacera, elle, à Nice

À l'initiative du collectif départemental "Solidarité Migrants", dont l'association "Roya citoyenne" fait partie, une conférence-débat est prévue dès 19h30 à l'hôtel Splendid de Nice (50, bd Victor-Hugo). Sur le thème de "L'Accueil, des solutions concrètes pour un enjeu de civilisation".

Parmi les invités, trois maires français qui parleront de leur propre expérience. L'emblématique Damien Carême, de Grande-Synthe (Nord). Ainsi que Régine Ailhaud-Blanc de Champtercier (Alpes-de-haute-Provence) et Philippe Bouissou d'Ivry (Val de Marne).

Sera également présent l'architecte Cyrille Hanappe, de l'association "Actes et Cités". Ainsi que l'historien niçois Yvan Gastaut, spécialisé dans l'histoire des migrations dans le bassin méditerranéen. L'ensemble des maires du département a été invité à assister à la conférence.

"Ailleurs en France, des municipalités, en lien avec des associations humanitaires, ont mis en place des structures d'accueil. Autour de ces lieux d'hébergement, les craintes et les réticences de la population se sont considérablement amoindries, entraînant un recul des idées xénophobes ou racistes", pouvait-on lire dans le mail qui leur a été adressé.

Journée internationale depuis 2000

Proclamée par l'ONU en 2000, la Journée internationale des migrants - célébrée tous les 18 décembre - a pour thème, cette année, "Migrations sans danger dans un monde qui bouge".

Elle est "l'occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l'opinion aux contributions des migrants dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d'origine que de leur pays de destination" peut-on lire en introduction sur le site de l'institution.

Une position franchement humaniste que le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, véhicule sans ambages: "La réponse passe par l'instauration d'une coopération internationale qui aidera à encadrer les migrations de sorte que les bénéfices qu'elles apportent soient plus largement répartis et que les droits fondamentaux de toutes les personnes concernées soient protégés."

En septembre 2016, lors d'un grand sommet au siège de l'ONU, à New York, les membres s'étaient engagés à adopter un pacte mondial pour une migration "sûre, ordonnée et régulière". D'ici à 2018.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct