“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La Commission européenne veut "abolir le règlement de Dublin" sur les demandes d'asile

Mis à jour le 16/09/2020 à 14:54 Publié le 16/09/2020 à 14:54
La présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen s'exprime devant les députés européens le 16 septembre 2020 à Bruxelles.

La présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen s'exprime devant les députés européens le 16 septembre 2020 à Bruxelles. POOL/AFP / OLIVIER HOSLET

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La Commission européenne veut "abolir le règlement de Dublin" sur les demandes d'asile

La Commission européenne veut "abolir" le règlement de "Dublin" confiant la responsabilité du traitement des demandes d'asile au pays de première entrée des migrants dans l'UE, a déclaré mercredi la cheffe de l'exécutif européen Ursula von der Leyen.

La Commission doit présenter le 23 septembre sa proposition de réforme de la politique migratoire européenne, très attendue et plusieurs fois repoussée, alors que le débat sur le manque de solidarité entre pays Européens a été relancé par l'incendie du camp de Moria sur lîle grecque de Lesbos.

"Au cœur (de la réforme) il y a un engagement pour un système plus européen", a déclaré Ursula von der Leyen devant le Parlement européen.

"Je peux annoncer que nous allons abolir le règlement de Dublin et le remplacer par un nouveau système européen de gouvernance de la migration", a-t-elle poursuivi.

"Il y aura des structures communes pour l'asile et le retour. Et il y aura un nouveau mécanisme fort de solidarité", a-t-elle dit, alors que les pays qui sont en première ligne d'arrivée des migrants (Grèce, Malte, Italie notamment) se plaignent de devoir faire face à une charge disproportionnée.

La proposition de réforme de la Commission devra encore être acceptée par les Etats.

Cinq ans après la crise migratoire de 2015, la question de l'accueil des migrants est un sujet qui reste source de profondes divisions en Europe, certains pays de l'Est refusant d'accueillir des demandeurs d'asile.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.