“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gilets jaunes azuréens :

Mis à jour le 26/12/2018 à 12:25 Publié le 16/12/2018 à 12:25
Le premier cortège parti de la place Masséna a rejoint les «gilets jaunes» arrivés sur la prom' à moto ou en voiture. La  convergence des luttes, direction la gare Thiers et l'avenue Jean-Médecin.

Le premier cortège parti de la place Masséna a rejoint les «gilets jaunes» arrivés sur la prom' à moto ou en voiture. La convergence des luttes, direction la gare Thiers et l'avenue Jean-Médecin. Frantz Bouton

Gilets jaunes azuréens :

Au plus fort de la journée, ils étaient environ 600 dans le cortège niçois. Manifestation pacifique, avec une revendication phare : la mise en place du référendum d'initiative citoyenne

Les « gilets jaunes » azuréens ont-ils livré leur dernier combat avant extinction de la lutte ou ont-ils écrit un nouvel épisode de leur histoire ? Hier, était-ce le baroud d'honneur ou l'acte VI en ligne de mire ?

Réponse en chanson dès 11 heures sur la place Masséna à Nice, où les contestataires avaient été appelés à converger de tout le département : « On lâche rien ! ».

Au plus gros de la manif, plus de 600 « gilets jaunes » ont battu le pavé dans les rues niçoises. Pas la folie des grands soirs. Pas la mort du petit cheval non plus... La guerre d'usure semble enclenchée, même si certains « gilets jaunes », comme Johnny Toulouse ont appelé à une trêve pendant les fêtes de fin d'année.

« On sera encore là samedi...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct