“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Faites voyager vos papilles à travers le monde grâce à ces 4 adresses cannoises

Mis à jour le 05/08/2020 à 13:22 Publié le 05/08/2020 à 15:00
Illustration.

Illustration. Photo P.L.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Faites voyager vos papilles à travers le monde grâce à ces 4 adresses cannoises

Invitation au voyage immobile à travers des adresses de restaurants ou traiteurs aux saveurs exotiques de Cannes. Détours par le Japon, la Grèce, l’Italie, la Côte d’Ivoire pour partir en dépit du Covid.

Aujourd’hui, voyager ne s’arrête ni aux paysages, ni aux vestiges historiques. La cuisine, les marchés populaires, la tournée des producteurs locaux sont autant de passages obligés lors de la découverte d’un pays.

On ne visite plus seulement. On mange, on déguste, on goûte! Alors en cette période post-Covid si particulière où les billets d’avion sont toujours difficiles à obtenir, jouons les globes traiteurs: voyageons dans notre espace, à Forville, République, Carnot, Le Cannet en poussant la porte de quelques... pays. La Grèce, la Côte d’Ivoire, l’Italie, le Japon…

En posant notre assiette et aussi parfois, en écoutant des histoires…

L’âme du Japon à Kashiwa au Vieux-Cannet

Katsutoshi Takasaki.
Katsutoshi Takasaki. Photo P.L.

Entrer dans le restaurant Kashiwa, au Cannet, c’est posé un pied au pays du Soleil levant tant la décoration, les mets et les parfums sont d’authentiques produits made in Japan...

Y compris d’ailleurs les maîtres des lieux : Yukiko et Katsutoshi Takasaki qui ont quitté Tokyo pour la France il y a quelques décennies et ont travaillé à Monaco, puis à Paris, avant de monter leur propre restaurant 100% japonais dans cette ancienne boutique de tâpissier.

Ils en ont d’ailleurs gardé l’enseigne par égard pour le voisinage qui aimait beaucoup l’artisan.

Et voilà pour la délicatesse niponne. Un art raffinée que l’on retrouve dans l’assiette composée par Katsutoshi Takasaki, le chef de cette cuisine, ouverte sur la salle, aux saveurs intrigantes pour les narines occidentales.

À commencer par le Shiso, basilic japonais que Yukiko Takasaki fait pousser dans le jardinet où sont installées une poignée de tables, mais aussi le yuzu ou le sansho (respectivement agrume et poivre japonais), le bouillon à base d’algues...

A la carte qui change régulièrement, outre les sushis et sahimis, les poissons et fruits de mer ont la part belle: asari (palourdes cuites à la vapeur sauce soja (20 euros), le sauté de seiche et de crevettes au chilli (25 euros), l’aburi de thon (carpaccio mi-cuit) à 25 euros sont autant d’invitations au départ en mer du Japon.

Côté viandes, le chef travail le porc ibérique et le buffle. La collection de saké (15°) et de whisky, sans parler du cocktail maison préparé avec... le raisin framboise qui pousse en treille dans le jardinet... Tout fait envie, tout sent le voyage lointain et l’expérience culinaire, la cuisine fraîche venue d’ailleurs.


Savoir +
Comme le restaurant est petit (12 couverts en temps normal, moitié moins après le Covid), il vaut mieux réserver à l’avance et laisser un message. Yukiko Takasaki vous rappellera. 07.49.45.58.88.
Kashiwa: 12, boulevard Gambetta, au Cannet.
Site Internet

Un tour en Afrique avec les jumelles de République

Roselyne et Annick. Deux sœurs nées en Côte d’Ivoire qui ont ouvert leur restaurant du monde boulevard de la République il y a un an.
Roselyne et Annick. Deux sœurs nées en Côte d’Ivoire qui ont ouvert leur restaurant du monde boulevard de la République il y a un an. Photo P.L.

Oui ce sont de vraies jumelles! "On vient souvent vérifier si on se ressemble."

Roselyne et Annick. Deux sœurs nées en Côte d’Ivoire qui ont ouvert leur restaurant du monde boulevard de la République il y a un an. "C’était un vieux rêve! Pour tout dire c’était même le rêve de notre père. Mais il s’est occupé de nous et n’a pas pu le réaliser."

Alors elles l’ont fait. Après des études à Pasteur, Eugène-Viale, aux Coteaux – "On est de vraies Cannoises" – des boulots saisonniers, des années à acheter petit à petit le matériel nécessaire – "On entreposait tout chez nous!" – à se former, elles ont trouvé un local, grâce à la mairie et elles ont appelé les copains pour le retaper: "C’était déjà un restaurant du monde avant qu’on serve à manger: des Arabes, des Portugais, des Italiens… Ils sont tous venus nous aider pour transformer cette ancienne boucherie en restaurant. C’était génial", rient encore les sœurs en pensant à l’aventure.

Elles rient oui. Elles blaguent. Elles disent: "On surfe sur la vie en essayant d’en prendre le meilleur!"

Et ça marche: qui aurait cru sur ce boulevard qu’une petite oasis puisse être créée?

Car "Chez les jumelles" est une petite oasis de bonheur.

Dans l’assiette : poulet mafé (sauce à base d’arachide du Mali), poulet yassa (oignons frits et riz du Mali), attieké (spécialité ivoirienne à base de manioc), kedjenou (ragoût de poulet de Côte d’Ivoire) et daurade grillée selon arrivage.

Dans les produits utilisés : igname, manioc, patate douce, aloco (banane plantain). "C’est tout ce qu’on mange depuis toujours à la maison…"

Il faut aussi goûter aux jus d’hibiscus, gingembre et tamarin.

Côté décor: dépaysement assuré avec ambiance tropicale et beaucoup de rigolades.

Les prix sont doux: 13,50€ le plat. 22€ la daurade; 5€ le jus.

Roselyne et Annick proposent aussi à emporter (via Deliveroo et Uber eat). Mais, sincèrement, passez-y au moins une soirée.

Attention: il est impératif de réserver! Ouvert le soir uniquement durant l’été: au 07.55.07.83.56. 

Heureuse qui... comme Isabelle de Grèce

Isabelle fait volontiers goûter les huiles de son pays...
Isabelle fait volontiers goûter les huiles de son pays... Photo C. B.

Vous allez parier qu’elle vient des îles et vous aurez raison : Isabelle habitait l’une des sept îles d’Ulysse avant de s’installer il y a un an à Cannes.

Cette mère de famille, biochimiste, biologiste, œnologue de formation qui a également suivi l’école de Lausanne est métisse grecque. Elle et son époux, Evangelos ont commencé à élever leurs deux filles Gabrielle et Adriane sur leur terre natale. Une vie heureuse dans les champs d’oliviers, à écouter les enfants jouer d’un instrument (la musique est une tradition en Grèce) et à accueillir les clients au restaurant.

"Nous avons souhaité ouvrir les horizons des filles, leur montrer autre chose." La petite famille est arrivée à Cannes. "Nous avons intégré la coopérative Bionet West Hellas" dont l’objectif est de faire connaître des produits grecs de qualité et en circuit court dans le monde.

Les olives de Kalamata, le miel de Crête, les raisins de Corinthe, les figues bleues, pistaches, huile d’olive et vinaigre balsamique, une feta à tomber.

Tout ici a été testé par le délicat palais d’Isabelle qui sillonne régulièrement les îles à la recherche de nouveaux produits: "la plupart de ceux qui sont présentés ici ont obtenu des médailles d’or pour leur qualité. Cette boutique est un peu un show room : il n’y a peut-être pas énormément de choses mais tout est de grande qualité."

Dans cette boutique, un petit frigo est réservé aux préparations d’Isabelle et Evangelos: sauce pesto vegan, tzatziki, sauce betteraves et câpres, salades, houmous végétarien, salade d’aubergines, jus, kéfir. On a tout goûté, vous pouvez y aller!!!

Enfin une étagère propose des infusions car Isabelle a aussi été initiée à la médecine traditionnelle tibétaine: "le corps est un arbre qui n’est pas assez arrosé, il faut l’aider…" une autre étagère des teintures mères (substance liquide obtenue en associant de l’alcool de l’eau et des herbes médicinales souvent fraîches).

Un si petit espace et tellement à découvrir…


Savoir+
Le Bio Grec se trouve 7 rue des Halles à côté du marché Forville.
Ouvert de 7 h à 16 h.
Tél. : 06.47.30.03.35.
Tarifs: 3€ le kéfir, 5€ la salade, une dizaine d’euros pour les préparations.
Mail 

Douceurs d’Italie chez Lo Spaghettino

Daniela et Saturnino mettent dans les assiettes tout leur amour pour la cuisine italienne.
Daniela et Saturnino mettent dans les assiettes tout leur amour pour la cuisine italienne. Photo P.L.

Il faut l’avouer, il est nécessaire d’ouvrir l’œil pour trouver Lo Spaghettino. Pas parce qu’il était impossible de s’installer sur la Croisette, mais plutôt pour préserver une sorte d’intimité et coller au plus près de l’image du petit restaurant de quartier, place des Orangers, entre Stanislas et Le Suquet.

Un symbole pour Daniela qui baigne dans cet univers depuis sa tendre enfance en Italie. À une époque où elle donnait un coup de main à son grand-père en Calabre.

Une aventure qui a fini par la conduire à Florence, puis à Paris où elle a installé Lo Spaghettino pendant une dizaine d’années.

Mais fidèle à sa passion des voyages, Daniela a une nouvelle fois déménagé l’enseigne pour venir s’installer à Cannes et tenter l’aventure du sud de la France. Une manière aussi de se rapprocher de son Italie natal, toujours avec le même concept.

'On a voulu recréer l’ambiance du restaurant de quartier comme celle qu’on avait à Paris, explique Daniela avec un accent vous transportant à La Botte. Une salle pas trop grande avec une ambiance cosy où tout le monde peut se parler. Ce métier est une passion. Je me sens bien quand les gens se sentent bien.'

Ceux qui sont déjà passés par l’établissement auront remarqué cette mention sous le nom du restaurant: sciuè sciuè. Il s’agit d’une expression napolitaine signifiant que les plats sont réalisés à la minute.

"Manger, c’est le partage. Pour ça il faut prendre son temps. C’est pour ça que nous ne préparons rien à l’avance, tout est fait à l’instant. Les gens qui sont pressés le midi peuvent venir, mais nous recommandons de prendre du temps pour apprécier le repas et l’ambiance. Notre carte contient la richesse du terroir italien et les plats sont préparés traditionnellement."

Par exemple, outre les pizzas, vous pouvez commander des pinsa (de la garniture sur une pâte obtenue avec un mélange de farine et qui a reposé 72 heures). En revanche, n’allez pas fâcher les hôtes en demandant si la carbonara est dotée de crème et de lardons…


Savoir +
Lo Spaghettino, place des Orangers à Cannes (proche du Suquet). Ouvert du lundi au vendredi, midi et soir, et le samedi soir.
Formule plat du jour et dessert: 11,50 euros.
La carte propose une variété de plats de pâtes et de pizzas.
Infos/réservation: 09.54.61.42.00 ou par mail


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.