Explosion au port de Beyrouth: l'enquête reprend après 13 mois de suspension

Le juge libanais chargé de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth en 2020 a repris lundi son travail après une suspension de 13 mois due à des pressions politiques et décidé d'inculper deux hauts responsables de sécurité.

AFP Publié le 23/01/2023 à 14:38, mis à jour le 23/01/2023 à 14:19
Vue du port de Beyrouth juste après l'explosion. Photo AFP

"Le juge Tarek Bitar a décidé de reprendre l'enquête" sur cette énorme explosion, qui a fait le 4 août 2020 plus de 200 morts et 6.500 blessés et ravagé des quartiers entiers de la capitale libanaise, a indiqué à l'AFP un responsable judiciaire.

Le magistrat a décidé d'inculper huit personnes, dont deux hauts responsables de sécurité, le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim et le chef de la Sûreté d'Etat, Tony Saliba, a ajouté ce responsable qui a requis l'anonymat sans préciser dans l'immédiat de quoi elles ont été inculpées.

Il a par contre ordonné de libérer cinq personnes, dont l'ancien directeur des Douanes Chafic Merhi, toutes arrêtées depuis le drame.

L'explosion a été déclenchée dans un entrepôt abritant des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium stockées sans précaution. Elle a été imputée par une grande partie de la population à la corruption et la négligence de la classe dirigeante.

Avant la suspension de l'enquête en décembre 2021, le juge Bitar avait voulu interroger MM. Ibrahim et Saliba, alors que plusieurs responsables politiques et de la sécurité étaient soupçonnés d'être au courant de la présence du nitrate d'ammonium et ses dangers.

L'enquête du juge Bitar avait été bloquée par une série de poursuites lancées contre lui par des responsables politiques et par une campagne dirigée par le puissant Hezbollah pro-iranien, force politique dominante au Liban.

"Le juge Bitar a mené une étude juridique, en vertu de laquelle il a pris la décision de reprendre l'enquête malgré les poursuites engagées contre lui", a ajouté le responsable judiciaire sans autres détails.

Juges français

Les autorités libanaises ont refusé une enquête internationale, réclamée notamment par les proches des victimes et des organisations de défense des droits humains.

Les familles des victimes mènent depuis plus de deux ans un combat incessant pour réclamer justice, et une figure emblématique de leur collectif avait été brièvement arrêtée il y a dix jours pour avoir menacé de "dynamiter le palais de justice" par désespoir.

Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités sont accusées par les familles des victimes et des ONG de torpiller l'enquête pour éviter des inculpations.

M. Bitar avait avant la suspension de l'enquête tenté d'engager des poursuites contre un ex-Premier ministre, quatre anciens ministres et plusieurs responsables sécuritaires.

Mais son travail a été bloqué par une série de poursuites lancées contre lui et par une campagne dirigée par le Hezbollah qui l'a accusé de partialité.

La semaine dernière, deux magistrats français avaient rencontré à Beyrouth le juge Bitar, sans obtenir les informations qu'ils souhaitaient.

Une enquête avait été ouverte en France, deux Français figurant parmi les morts et quelque 93 Français ayant été blessés.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.