Rubriques




Se connecter à

En famille, les débats autour de la vaccination et du pass sanitaire tournent vite à l'affrontement

Le débat sur les bienfaits du vaccin et les mesures sanitaires, qualifiées par d’aucuns de "liberticides", s’invite désormais autour de la table, créant un nouveau foyer conflictuel. Ils témoignent.

Antoine Louchez Publié le 30/07/2021 à 08:00, mis à jour le 30/07/2021 à 07:51
Entre amis ou en famille, les débats autour de la vaccination et du pass sanitaire deviennent vite houleux. Photo Philippe Arnassan

C’est arrivé à beaucoup d’entre nous. Cette engueulade avec un proche, voire plusieurs membres de sa famille. Le truc qu’on n’a pas vu venir. "Toi, t’as manifesté avec les antivax?"; "T’es pro gouvernement ou quoi?"; "C’est mon choix!", "Tu veux tuer tes parents, sale égoïste"; "Mais t’es dans la conspiration, là!"…

En quelques semaines et avec le renforcement des mesures, en particulier la progression du pass sanitaire, de nombreux Français se sont retrouvés à défendre la vaccination, ou à l’occire. Comme des ambassadeurs. Campés sur leur position, tranchées, irréconciliables.

Bien au-delà des manifestations, ou des débats parlementaires : le conflit s’est immiscé dans les familles, au point que le sujet y est parfois devenu tabou: "On évite d’en parler, parce qu’on sait qu’on va se disputer", entend-on régulièrement. Ne pas parler de ça en ce moment… Facile, non?

Les chiffres, en tout cas, et leur progression, donne une idée de la tendance. En France, près de 70% de la population a reçu une première dose de vaccin (74% dans les Alpes-Maritimes) et 58% sont complètement vaccinés (62% dans les Alpes-Maritimes). Mais ils ne racontent pas ces tensions familiales.

 

La frange extrême accuse le gouvernement d’en jouer. C’est surtout que ces décisions sont à la fois intimes, mais nous dépassent complètement.

Les uns invoquent leur liberté, les autres parlent de devoirs envers les autres et les accusent d’égoïsme.

Plus complexe encore: la question des enfants, qui préoccupe de nombreux parents. Témoignages.

Nathan, 33 ans: "On essaie d’éviter le sujet"

"Je suis vacciné. Ma marraine (ma tante), ne veut pas se faire vacciner. On est vraiment proche, on se voit une à deux fois par semaine. Il n’y a pas de tension, sauf quand on parle des vaccins. On est diamétralement opposés et on arrive à l’affrontement. Du coup, on essaie tous les deux d’éviter le sujet. Elle cite des personnes et des théories conspirationnistes, elle dit qu’elle ne voulait pas servir de cobaye. Moi, je pense qu’il faut faire confiance à la science. La tension a été la plus forte quand il a été question de vacciner mon grand-père. Il était entre deux feux. Il ne voulait pas faire de la peine à sa fille. On s’est mis tous les deux à côté de lui, et on a donné nos arguments chacun notre tour. Il s’est fait vacciner. On a toujours été proches, eu les mêmes idées. Voir qu’on est aux antipodes sur une question si importante me fait de la peine."

 

Marylène, 37 ans: "Des discussions de sourd"

Marylène: "Ma belle-mère est tellement pour la vaccination que je me demande si elle ne fait pas partie du gouvernement." Photo A.L..

"Je n’ai pas envie de prendre le risque du vaccin. Je n’ai pas du tout confiance. S’il faut changer de travail, je le ferai. Mais j’attendrai au moins cinq ans. Ma belle-mère est tellement pour la vaccination que je me demande si elle ne fait pas partie du gouvernement. Nos échanges sont assez pêchus. Ce sont des discussions de sourd. On enterre le sujet, sinon on se dispute. Pourtant, elle me connaît depuis 30 ans, on s’est toujours entendues. Elle voit les non vaccinés comme des égoïstes, qui ne pensent pas aux autres. Pour moi, on est juste en train de nous opposer les uns aux autres. On nous traite de pestiférés. Si les gens sont vaccinés, ils sont tranquilles; je ne vois pas en quoi ça fait de nous des égoïstes."

Aurélie: "Je n’en parle pas avec mes amis"

"Il y a une différence d’être pour ou contre le vaccin et pour ou contre le pass sanitaire. D’ailleurs on peut être vacciné et contre le pass: le contrôle, le manque de secret médical, la violation des libertés, le droit sur ses enfants… De mon côté je n’en parle pas avec mes amis, comme ça pas de soucis de rentrer dans le jeu du gouvernement de créer des fractures dans la société."

Denise, 55 ans: "Je n’arrive pas à comprendre"

"Je suis infirmière, cadre de santé, j’enseigne la santé publique. J’ai une fille de 24 ans. Elle n’arrêtait pas de retarder les choses. Je lui mettais la pression. Ce qui l’a convaincue de se faire vacciner, c’est l’idée de ne plus pouvoir aller au restaurant. Ça me sidère. Sa grand-mère a été en réanimation il y a deux ans, elle a vu ce que c’était. Son père est médecin, je travaille dans le milieu médical. À la maison, on a des réflexes de professionnels de santé. Et malgré ça, ça ne veut pas. Je n’arrive pas à comprendre. Ce n’est pas seulement elle. J’ai 120 étudiants en cours. Ils préfèrent se fier aux réseaux sociaux, où les informations débiles, non vérifiées, se diffusent bien plus vite que les informations médicales. Les gens revendiquent un droit à la liberté, comme s’il n’y avait pas de devoirs. J’ai du mal à comprendre qu’on ne soit pas inquiet pour les autres. C’est le principe de la vaccination."

Myrtille, 17 ans: "Je ne voulais pas que mes parents se disputent"

"Mes parents, divorcés, n’ont pas le même point de vue sur ce qui se passe. Mon père a voulu me faire vacciner, par peur qu’on nous y oblige pour tout ce qui est scolaire. Et quand ma mère m’a demandé si j’étais d’accord, je ne savais plus. Je préfère attendre un peu. J’ai pleuré parce que je ne voulais pas qu’ils se disputent, je ne voulais pas prendre parti pour l’un ou pour l’autre. Quand c’est comme ça, on a l’impression de ne pas avoir son propre avis. J’ai la chance d’avoir des parents qui me respectent. Mais pour d’autres enfants, plus jeunes, ça doit être compliqué, ça peut avoir des répercussions sur des années."

 

Delphine: "Au dernier moment, mon fils a refusé"

"Au dernier moment, mon fils aîné, de 18 ans, n’a pas voulu se faire vacciner. Il a vraiment une forte méfiance envers la classe politique et les scientifiques. Cette génération est plus individualiste, elle ne voit pas l’intérêt général. Ça nous pose problème, car on devait partir en vacances fin août, pour la première fois depuis trois ans. Il ne pourra pas aller à la piscine ni au restaurant. Pour l’instant, il envisage de faire des tests PCR. J’essaie de lui faire comprendre ce que ça coûte à la société et l’organisation lourde que ça va engendrer. On s’est disputés deux ou trois fois à ce sujet. En plus, il est asthmatique."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.