“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Dîners clandestins: "pas de ministre" parmi les participants, affirme Darmanin

Mis à jour le 06/04/2021 à 09:37 Publié le 06/04/2021 à 09:37
Gérald Darmanin.

Gérald Darmanin. Photo AFP

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Dîners clandestins: "pas de ministre" parmi les participants, affirme Darmanin

"A ma connaissance, il n'y a pas de ministres" parmi les participants à des dîners clandestins de luxe à Paris, a déclaré mardi Gérald Darmanin, en dénonçant "la rumeur qui sape les fondements de la démocratie".

Invité d'Europe 1, le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'une enquête avait été diligentée après la diffusion du reportage de M6 dans lequel un organisateur de tels dîners affirmait avoir rencontré des "ministres" dans des restaurants clandestins.

"A ma connaissance, il n'y a pas de ministres", a poursuivi Gérald Darmanin.

"Je voudrais dire (...) à quel point la rumeur est dure pour notre démocratie. (..) et je crois qu'on devrait vraiment réfléchir à cette idée que c'est le soupçon qui permet de condamner des gens et non pas la vérité", a ajouté Gérald Darmanin, en évoquant les réseaux sociaux qui ont "continué" à "s'affoler" alors même que l'organisateur Pierre-Jean Chalençon avait dit avoir "menti" en parlant de ministres.

Il "s'est fait faire une fausse publicité, qui je crois, peut lui coûter cher", a prévenu le ministre.

Il a relevé que "cette rumeur continuait à exister". "Cette rumeur sape les fondements de la démocratie", a-t-il dit.

A une question sur ce qu'il faudrait faire s'il s'avérait qu'un ministre avait participé à ce type de repas, il a répondu: "Je considérerais personnellement qu'il n'est pas à la hauteur de sa fonction".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.