Rubriques




Se connecter à

Déserts médicaux, décentralisation : vos priorités pour la France en 2030

Le 12 octobre dernier, Emmanuel Macron présentait son plan d’investissement pour 2030. En tout, 30 milliards d’euros répartis dans différents secteurs comme l’énergie ou la formation aux métiers de demain, avec un objectif : "Mieux comprendre, mieux vivre, mieux produire". Mais qu’en pensent les Azuréens? Vous avez partagé vos priorités à la suite des annonces du Président de la République.

Flora Zanichelli Publié le 18/10/2021 à 20:31, mis à jour le 15/11/2021 à 16:03
Le président de la République, Emmanuel Macron a partagé un plan pour la France en 2030 Photo AFP

"Peut mieux faire", c’est l’impression que laisse le programme pour 2030 développé le 12 octobre dernier par le Président de la République. Vous avez ainsi été une majorité à trouver qu’Emmanuel Macron avait négligé certains domaines jugés pourtant importants pour vous. 

Parmi les Azuréens interviewés, la majeure partie sont des hommes. Concernant les thèmes évoqués par Emmanuel Macron, vous avez trouvé que l’énergie était le thème prioritaire en matière d’investissement, juste devant la sécurisation en matière d’approvisionnement de matières premières et la sécurité alimentaire. Deux sujets particulièrement sensibles après les deux années de pandémie que nous venons de traverser.

"Peut mieux faire", c’est l’impression que laisse le programme pour 2030 développé le 12 octobre dernier par le Président de la République. Vous avez ainsi en grande majorité à trouver qu’Emmanuel Macron avait négligé certains domaines jugés pourtant importants pour vous. 

Parmi les Azuréens interviewés, la majeure partie sont des hommes. Concernant les thèmes évoqués par Emmanuel Macron, vous avez jugé que l’énergie était le thème prioritaire en matière d’investissement, juste devant la sécurisation en matière d’approvisionnement de matières premières et la sécurité alimentaire. 

 

Ces deux sujets sont particulièrement sensibles après les deux années de pandémie que nous venons de traverser. Mais pas seulement. Voici les priorités que vous avez dégagées à l’issue du discours du Président. 

L’urgence des déserts médicaux

Si Emmanuel Macron a accordé 3 milliards d’euros à la santé dite d’avenir et notamment aux biomédicaments, nom donné aux médicaments ayant une source biologique comme matière première, vous avez souligné le problème des déserts médicaux et la pénurie de médecins et de spécialistes. 

Un problème qui est, en effet, loin d’être un détail pour nos territoires quand on sait qu’en 2019, l’ARS (Agence régionale de santé) répertoriait huit secteurs d'intervention prioritaire dans le Var et les Alpes-Maritimes où il est urgent d'améliorer la médecine de proximité.

"Trop de médecins refusent de prendre de nouveaux patients même dans les grandes villes, écrivez-vous. Pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, il faut parfois attendre 6 mois. C’est inacceptable en 2021 où tout citoyen devrait avoir accès aux soins dans un délai de quelques semaines."

Pour pallier les déserts médicaux, certains d’entre vous proposent, par exemple, un passage obligatoire de quelques années dans les campagnes pour les généralistes. 

des territoires plus autonomes

Pour répondre aux besoins des territoires, vous préconisez de donner plus "de pouvoir aux organisations locales, [ce qui permettrait] la résilience des petits territoires plutôt que l’ultra-dépendance à un modèle très centralisateur comme c’est le cas actuellement." 

 

Une passation de pouvoir essentielle, selon vous, pour devenir plus autonome localement et anticiper les problématiques comme le manque d’énergie ou de matières premières. Vous évoquez également une nécessaire simplification de l’administration ainsi qu’une amélioration des services dans les villes et les campagnes.

Toujours dans une logique de valorisation du territoire, certains d’entre vous se prononcent enfin pour un soutien aux petites et moyennes entreprises (PME), plus réactives, plus souples, sur le modèle italien ou allemand. 

Une souplesse plébiscitée pas plus tard que l’année dernière par le président de la Fédération des entreprises et des entrepreneurs de France Gilles Charpentier qui constatait dans une interview accordée à LSA conso: "Les PME ont toujours innové. Elles innovent avec des marques régionales, parce qu'elles sont ancrées dans leur territoire [...]." 

Enfin, vous avez aussi été quelques-uns à souligner la nécessité de désenclavement du territoire azuréen notamment, à travers le développement du TGV.

Une justice plus efficace

La justice revient également souvent dans vos préoccupations. S’il ne l’a pas évoqué dans son plan pour 2030, Emmanuel Macron sait que le sujet ne laisse pas les Français indifférents. "Notre société est trop violente, et il n’y a pas de régulation des réseaux sociaux", constatait ainsi l’un d’entre vous. 

Ce lundi, des Etats Généraux de la justice ont d’ailleurs été lancés à Poitiers, destinés à rétablir la confiance entre les Français et la justice. Un sujet déjà abordé par le Président en début de quinquennat dans le cadre des "chantiers de la justice" et qui n’avait pas abouti à de franches réformes alors que le secteur manque de moyens constatait amèrement ce lundi la présidente de l’Union syndicale des magistrats.

Une France plus soucieuse de son environnement

Création de petits réacteurs nucléaires, devenir le "leader de l’hydrogène vert", "décarboner l’industrie", "deux millions de véhicules hybrides et électriques d’ici à 2030", le chef de l’Etat a fait de l’énergie l’une de ses priorités de son plan pour 2030. Emmanuel Macron a ainsi annoncé vouloir dédier 500 millions d’euros aux énergies renouvelables. 

 

Une préoccupation qui vous tient à coeur également puisque vous êtes nombreux à réagir sur le thème de l’environnement. Vous regrettez ainsi que les thèmes de la gestion des déchets ou du logement n’aient pas été davantage détaillés. "Nous sommes de plus en plus nombreux, de plus en plus de logements doivent être construits ou réhabilités", constatez-vous, entre autres.

Salaires et pouvoir d’achat

Parmi vos autres préoccupations, le niveau des salaires et la taxation. Un souci compréhensible alors que les prix des matières premières s’envolent, obligeant le gouvernement à se pencher sur la mise en place, notamment, d’un chèque essence en soutien aux ménages en difficulté. 

Pour pallier à ces manquements, vous évoquez la nécessité de retourner à un mode de vie plus sobre, notamment concernant votre consommation d’énergie. "L'amélioration de l'efficacité énergétique ne mène jamais à une réduction drastique de la consommation et donc de l'émission des gaz à effet de serre, doute un internaute. Depuis 20 ans, l'amélioration des performances des voitures a été "compensée" par l'augmentation du nombre de kilomètres parcourus."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.