“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Des gens meurent de faim"... L’appel aux dons des Anges gardiens de Monaco

Mis à jour le 08/05/2020 à 19:28 Publié le 08/05/2020 à 19:25
Le stand est présent tous les jours de la semaine, place des Moulins, au pied de l’immeuble Le Continental.

Le stand est présent tous les jours de la semaine, place des Moulins, au pied de l’immeuble Le Continental. DR

Je découvre la nouvelle offre abonnés

"Des gens meurent de faim"... L’appel aux dons des Anges gardiens de Monaco

L'association collecte des denrées alimentaires qu'elle distribue notamment à Nice. Sauf que la crise du coronavirus elle est confrontée à une hausse très importante des besoins et donc des dons.

Le S.O.S. vient des tripes. Du cœur. « S’il vous plaît, des gens meurent de faim », interpelle Bruna Maule-Cassio, présidente-fondatrice honoraire des Anges gardiens de Monaco.

Au point collecte de la place des Moulins, au pied de l’immeuble Le Continental, les denrées alimentaires ont beau arriver par camionnettes entières depuis le 22 avril, l’appel aux dons est plus que jamais d’actualité.

Car une fois sur les étals de l’association monégasque, la nourriture file bien souvent pour une autre destination. À Nice, pour le 115, service d’urgence sociale, ou à l’épicerie solidaire de Beausoleil au 11 avenue Professeur Langevin.

Là-bas, les dossiers s’empilent sur les bureaux du Centre communal d’action sociale, preuve que la crise sanitaire a fait de sérieux dégâts au sein des foyers.

« On est passé de 70 dossiers avant la crise, soit 200 personnes, à 420 dossiers, soit 1 200 personnes. On a mis en place des collectes alimentaires dans les supermarchés et des caddies solidaires dans les épiceries de la ville. Je sollicite toutes les associations caritatives de Beausoleil et Monaco », alerte Céline Tavares, directrice du CCAS de Beausoleil.

Sur le stand des Anges gardiens de Monaco, les plus nécessiteux viennent parfois directement sur place chercher de quoi remplir frigo et placards.

« On a eu de petites mamies de Menton, Beausoleil, Roquebrune-Cap-Martin qui viennent avec leurs chariots. Ils viennent, ils racontent leurs histoires. Comme cet Italien qui habite à Menton. Il n’osait pas s’approcher du stand, il avait les larmes aux yeux. Il a perdu son travail et gagne seulement 600 euros par mois. Il arrivait à peine à manger. Il est reparti avec un sac archi plein », sourit Bruna Maule-Cassio.

« Les gens pensent qu’à Monaco, tout le monde est riche, c’est faux ! »

Même avec le déconfinement à Monaco, l’association devrait rester sur place tout le mois de mai. Elle y vend également des panamas au prix de 20 euros. Ce vendredi matin, Alessandra Zamboni, résidente monégasque, est venue en acheter un pour la bonne cause. Tout en déposant un sac de denrées alimentaires.

« J’ai apporté des chocolats, de la sauce, des pâtes. Au début de la crise, j’avais fait d’énormes provisions. Avec le recul, c’était mieux de les donner aux plus nécessiteux. Les gens pensent qu’à Monaco, tout le monde vit dans la richesse. C’est faux. Même si le gouvernement fait beaucoup, il y a des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent pour faire des courses, pour manger. C’est primordial de les aider. »


Savoir +: Place des Moulins, devant l’immeuble Le Continental, tous les jours du lundi au vendredi, de 11 h à 13 h et de 14 h à 18 h 30. Le stand est présent ce samedi. Ils ont besoin de pâtes, de riz, œufs, conserves, sauces tomate et huiles, couches et lait pour bébé.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.