“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Covid-19: face à un taux d'incidence qui augmente, pas de confinement à Monaco, mais une réglementation qui "doit être appliquée"

Mis à jour le 09/11/2020 à 21:08 Publié le 09/11/2020 à 20:59
Même dégradée, la situation ne mérite pas, selon le gouvernement, une mesure de confinement.

Même dégradée, la situation ne mérite pas, selon le gouvernement, une mesure de confinement. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Covid-19: face à un taux d'incidence qui augmente, pas de confinement à Monaco, mais une réglementation qui "doit être appliquée"

Alors que le taux d’incidence a quasiment doublé en une semaine à Monaco, le ministre d’État Pierre Dartout en appelle au respect des mesures barrières.

Un taux d’incidence qui passe de 168,42 à 315,79 en une semaine. Monaco aurait bien aimé échapper à cette poussée qui double le nombre de cas de Covid-19 entre la semaine 44 (du 26 octobre au 1er novembre) et la semaine 45 (du 2 au 8 novembre). La courbe est tellement en hausse qu’elle tend à rattraper le taux des Alpes-Maritimes, de 367 la semaine dernière.

Point encourageant: le taux de positivité, c’est-à-dire le nombre de Covid détecté par les analyses. Il est de 8,75 % à Monaco quand il atteint 20,3 % en France.

"Nous testons ici beaucoup plus qu’ailleurs (grosso modo trois fois plus qu’à Nice et deux fois plus qu’à Paris ou Marseille, ndlr); ce qui relativise le taux d’incidence. Et nous sommes dans une optique d’élargissement des tests", note le ministre d’État Pierre Dartout, hier en conférence de presse au Ministère d’État. Didier Gamerdinger, conseiller-ministre des Affaires sociales et de la Santé, souligne, quant à lui: "Et nous allons accroître encore le nombre de tests notamment avec le tout prochain automate du Centre scientifique de Monaco."

Contrôles et amendes

Même dégradée, la situation ne mérite pas, selon le gouvernement, un confinement.

"Les mesures sont adaptées à la spécificité de Monaco", souligne le ministre d’État, faisant taire toutes les rumeurs qui circulent en ville depuis dix jours. Les premiers effets du couvre-feu et de l’ensemble des mesures barrières ne sont pas attendus avant la fin de la semaine.

"Il est encore trop tôt pour apprécier l’efficacité des mesures présentées. Le retour des vacances de la Toussaint, mardi dernier, a pu accélérer le phénomène de contamination", note le ministre d’État.

Lundi, trois personnes étaient en réanimation et seize hospitalisées. Benoîte de Sevelinges note que le nombre de lits occupés est inférieur à 50% de la capacité d’accueil.

Pour inverser la courbe de l’épidémie, le gouvernement explique clairement que l’heure n’est plus à l’indulgence.

Si tout le monde a vu des restaurants ou des commerces bondés ces derniers jours, le département de l’Intérieur entend mettre le holà. Selon le contrôle fait avec les caméras, 15% des personnes en ville ne portaient pas de masques ce week-end.

"La réglementation doit être appliquée. La bataille ne sera gagnée que si l’ensemble de la population est pleinement responsable", insiste le ministre.

Le conseiller-ministre de l’Intérieur Patrice Cellario précise que, depuis ce week-end, les contrôles ont été intensifiés et les contrevenants verbalisés d’une amende de 100 euros si le paiement est immédiat.

Bilan: 92 personnes verbalisées pour défaut de port du masque, 26 pour non-respect du couvre-feu, 15 pour le nombre de clients à table.

Attention au tour de vis de la Sûreté publique…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.