“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment protéger les adolescents contre la pornographie sur les réseaux sociaux? Les réponses d'Action Innocence

Mis à jour le 12/02/2021 à 11:15 Publié le 12/02/2021 à 10:15
Les réseaux sociaux sont souvent la porte d’entrée vers les images pornographiques.

Les réseaux sociaux sont souvent la porte d’entrée vers les images pornographiques. Photo Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Comment protéger les adolescents contre la pornographie sur les réseaux sociaux? Les réponses d'Action Innocence

Action Innocence Monaco s’est emparée de ce problème et multiplie les interventions dans les écoles. L’association a organisé une conférence avec plusieurs intervenants pour aider les parents

L’adolescence et la pornographie. Voilà un thème qui tient à cœur d’Action Innocence Monaco qui a organisé récemment une conférence "Adolescence et pornographie: quelles conséquences, quel accompagnement?" avec plusieurs intervenants, et à laquelle une centaine de personnes a pris part.

Depuis 18 ans, l’association monégasque missionne des psychologues pour intervenir dans les écoles sur les multiples dangers liés notamment à l’utilisation d’Internet, mais aussi des réseaux sociaux, des jeux vidéos…: parmi ceux-ci, l’accès "facilité" à la pornographie.

Dès 8-10 ans avec du contenu indésirable

"Chaque année, ce sont plus de 7.000 élèves dans les écoles de Monaco et en France qui sont touchés par les interventions" d’Action Innocence Monaco explique Pierre Augier, psychologue clinicien qui intervient pour l’association dans différents établissements de la Principauté.

"Durant ces actions de sensibilisation, nous avons questionné les élèves sur leur utilisation d’Internet, poursuit Pierre Augier. Nous avons noté que dès l’âge de 8-10 ans ils pouvaient être confrontés à la pornographie, de façon volontaire ou pas d’ailleurs, via des sites web, des pop-up, des jeux vidéo violents et sexualisés… Ce qu’on appelle du contenu indésirable. Chez les 13-14 ans, 73% des élèves sont déjà confrontés à la pornographie, et 12,6% déclarent en consommer régulièrement."

Des chiffres qui inquiètent et qui ont poussé l’association à réfléchir sur les solutions qui s’offrent aux parents. Notamment sur l’urgence de lever le tabou de la pornographie pour ouvrir le dialogue.

Car bloquer les accès aux contenus inappropriés est une utopie. Les écrans sont désormais partout, dès le plus jeune âge. Sans compter que l’ado aime par-dessus tout contourner l’interdit.

"Mettre des mots"

"Cette première confrontation aux images pornographiques se passe de plus en plus tôt et de façon très souvent involontaire. Et plus ils sont confrontés jeunes aux images pornographiques, plus ils ont besoin de poser des mots sur ces images pour donner du sens à ce qu’ils voient. La responsabilité des parents c’est de leur expliquer pourquoi ce n’est pas la réalité."

Margot Fried-Filliozat est sexothérapeuthe et travaille sur le public adolescent. Pour elle, la vraie question à se poser quand on est parent, c’est: "Comment aujourd’hui je peux outiller mon enfant, mon ado, pour qu’il puisse comprendre et faire sens des images qu’il a vues, ou qu’il va voir dans le futur, car pourquoi attendre?"

Faire sens pour éviter que "ces images pornographiques, qui peuvent être traumatiques, modifient la façon dont on construit la relation à l’autre. Plutôt que d’essayer de combattre, il faut soutenir l’épanouissement de l’enfant et l’aider à réfléchir. Il faut mettre des mots."

"Désacraliser l’éducation à la sexualité"

Le docteur Carle Burté est sexologue à Cannes, elle insiste aussi sur le rôle des parents: "Ils doivent accompagner à la vie sexuelle et à la découverte de soi. Ce n’est certes pas évident quand on sait que les adultes ont du mal avec ça. Comment accompagner? Il faut arriver à développer cette éducation le plus tôt possible pour désacraliser, pour normaliser. Nommer notamment les différentes parties du corps comme elles doivent être nommées, pas un utilisant d’autres mots."

Les outils de Monaco-Télécom

Monaco Telecom a mis en place des solutions techniques pour aider les parents. Elles sont financées par le gouvernement monégasque et gratuites pour tous leurs clients qui possèdent une box ou une offre Internet ultra haut débit.

"Ces outils techniques sont approuvés par l’agence monégasque de sécurité numérique, explique Tristan de Chambure, responsable de la sécurité des systèmes d’information chez Monaco Telecom. Aujourd’hui tous les grands constructeurs possèdent des systèmes de contrôle parental.

L’avantage de la solution proposée par Monaco Telecom, c’est qu’elle est multipériphérique et agnostique en termes de constructeurs.

Elle permet aussi de gérer de manière centralisée sur tous les périphériques le blocage de contenus, le filtre de recherche sur tous les grands moteurs de recherche et bien sûr de limiter le temps d’utilisation total pour chaque application."

Monaco Telecom propose également, via son service clients et prochainement par des ateliers, une aide à l’installation de ces outils.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.