“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. Comment l’Italie est devenue le pays européen avec le plus de jeunes agriculteurs

Mis à jour le 19/12/2019 à 10:44 Publié le 14/12/2019 à 11:00
Christian Gastaldi, 26 ans, cultive les oliviers en Ligurie (Italie)

Christian Gastaldi, 26 ans, cultive les oliviers en Ligurie (Italie) Flora Zanichelli

VIDEO. Comment l’Italie est devenue le pays européen avec le plus de jeunes agriculteurs

En Italie, le nombre d'entreprises agricoles conduites par des moins de 35 ans (chiffres Coldiretti, principal syndicat de la profession) représente 12,6% des exploitations totales. Entre 2015 et 2017, dans la Péninsule, leur nombre a progressé de 35%. En France, elles représentent 8,6%. Comment l'Italie fait-elle preuve de dynamisme là où la France peine à séduire les jeunes générations? Reportage à Imperia (Ligurie).

Il arrive, un bonnet bordeaux vissé sur la tête, propose de discuter autour d’un café, dans le petit bar de Costa D’Oneglia, un village tout en pierre à deux pas d’Imperia (Ligurie). Sur les collines aux alentours, les oliviers et leur feuillage argenté s’étendent à perte de vue. C’est là que travaille Christian Gastaldi, 26 ans, oléiculteur depuis six ans. 

Ce jeune homme est loin d'être une exception. Selon la Coldiretti, principal syndicat d’agriculteurs, entre 2015 et 2017, dans la Péninsule, le nombre d'exploitations agricoles entre les mains de moins de 35 ans a augmenté de 35%. Réponse à la forte crise de l'emploi qui touche les jeunes Italiens, l'agriculture est un secteur particulièrement soutenu par la valorisation des produits made in Italy, l'innovation et la diversification des activités.

Le projet a été mûrement réfléchi pour cet enfant du pays passionné par sa terre et ses richesses naturelles. Sa licence en sciences politiques en poche, Christian s’est rapidement rendu compte qu’il préférait la vie au grand air. Chez lui, à Costa d’Oneglia, nombreux sont les terrains en friche parsemés d’oliviers.

"J’ai ouvert un statut d’auto-entrepreneur puis j’ai commencé à chercher des terrains. En Italie, c’est très compliqué car il y a une véritable suspicion envers ceux qui veulent s’installer. Les gens préfèrent laisser leur terrain à l’abandon que de les confier à un jeune agriculteur."

Un problème soulevé par les observateurs du secteur. Enseignant à l’université de Calabre, Domenico Cersosimo est également l’auteur d’un livre sur les jeunes agriculteurs italiens, "Portraits d’avenir". 

Le problème en Italie est l’accès à la terre. Une propriété agricole ne peut pas être cédée sur le marché dans son entier s’il n’y a pas un héritier direct qui se propose de récupérer l’activité. Pourtant, certaines activités pérennes mériteraient d’être protégées et de s’inscrire dans une reprise. Faire passer l’activité avant la propriété privée, c’est un vrai défi en Italie.”

Il poursuit : "Les privés qui investissent dans la terre le font pour se constituer une forme d’épargne, pas pour aider à la culture ou au lancement d’activités. De plus, ces privés ont souvent bien plus de moyens qu’un jeune souhaitant s’installer en agriculture."

Aide à l'accès aux terres et art de la débrouille

Tout comme en France, l'accès aux terres est une problématique que l’Italie tente de résoudre. Alertées, les institutions italiennes se sont organisées et ont notamment cherché à donner plus de visibilité aux terrains publics disponibles. L’ISMEA (Institut de services dédiés au marché agricole alimentaire) publie par ailleurs depuis peu un appel d’offre réservé aux jeunes agriculteurs entre 18 et 41 ans. 

Baptisé “Première installation en agriculture”, cet appel s’adresse aux jeunes souhaitant lancer une activité agricole. Des subventions, des garanties et des prêts à taux réduits pour acquérir une entreprise sont accordés sous couvert de proposer un plan de développement entrepreneurial justifiant de la durabilité économique et environnementale du projet. 

Entre 2016 et 2019, 224 jeunes ont ainsi pu s’installer. Pour donner une plus grande visibilité aux terres disponibles, un site recense également sur une carte le nombre d’hectares agricoles disponibles.

Qu'en est-il en France?

Une démarche 2.0 vient d'être adoptée par la Safer qui a annoncé le prochain lancement d'une application mobile destinée à identifier les friches. Professionnels du monde agricole et grand public sont invités à communiquer avec le GPS du mobile la position des terrains en friche qu'ils pourraient découvrir. 

A Costa d’Oneglia, Christian Gastaldi, lui, loue 80 % de ses terres. Il reconnaît qu’il y a eu un grand travail de persuasion des propriétaires. Pour éviter des prix trop élevés, il s’arrange et paie une partie du loyer, par exemple, avec sa production d’huile d’olive. A l'époque, le travail est énorme, il faut tout restructurer. Les terrasses qui abritent les arbres ne sont pas accessibles aux machines. Tout est nettoyé à la main. Sur certains terrains, les oliviers sont déjà plantés, sur d’autres, il faut tailler voire relancer une floraison délaissée depuis des années. 

Aujourd’hui, Christian produit 1 à 1,5 tonnes d’huile d’olive.

Christian Gastaldi a 26 ans et produit de l'huile d'olive depuis six ans.
Christian Gastaldi a 26 ans et produit de l'huile d'olive depuis six ans. F.Z.

diversification des sources de revenus

"Pour un jeune agriculteur, ce qui est très compliqué, c’est qu’il doit jongler avec beaucoup d’incertitudes, poursuit Christian. Avec les pluies diluviennes, nos terrains sont sujets aux effondrements. Il y a une inconnue climatique notamment qui fait qu’on n’est jamais sûr de ce qui va se passer et qu’il faut toujours chercher à compenser."

Le caractère multi-activités des entreprises agricoles italiennes est l’une des forces de la Péninsule. Là où, dans le reste de l’Europe, les activités secondaires comme l’agritourisme font augmenter le rendu de 3,8 à 4,8% en moyenne, en Italie, elles permettent d’augmenter la facturation de 8,2 à 8,8%. En France, la diversification des activités est également une tendance à la hausse. 

>> Relire : VIDÉO. Comment les centres de formation se préparent à former les agriculteurs de demain.

Le fort développement du tourisme agricole, notamment à travers le développement des agritourismes depuis les années 70 témoigne du dynamisme du secteur et vient soutenir une activité agricole de niche, notamment à travers la vente de produits confectionnés à partir des produits des récoltes. Entre 2007 et 2017, ce type de structures a augmenté de 20% selon la Coldiretti. 

Le touriste et son amour du made in Italy, un plus que le jeune agriculteur entend bien exploiter. Au milieu des terrasses d’oliviers de Christian, une petite maison blanche se dresse. Elle doit être réhabilitée, pour l'heure seules quelques poules picorent autour. 

J’aimerais accueillir des touristes, poursuit le jeune agriculteur. C’est pour nous aussi une excellente forme de marketing. Comment mieux donner aux touristes l’envie de découvrir nos produits que de leur proposer de séjourner au cœur de leur production. L'huile d'olive est un symbole de l'Italie, les gens viennent ici pour retrouver ce goût authentique. 

Un raisonnement intégré par le ministère italien de l’agriculture, qui fut même rebaptisé un temps ministère des politiques agricoles, alimentaires, forestières et du tourisme, marquant la volonté d'intégrer le tourisme dans l'exploitation agricole. 

Huile d'olive et tapenade sont les deux produits phares du jeune agriculteur ligure.
Huile d'olive et tapenade sont les deux produits phares du jeune agriculteur ligure. F.Z.

utiliser la force de frappe du made in italy

L’agriculture de qualité, un vrai leitmotiv pour le jeune Italien. Le bio, par ailleurs, s’est aussi particulièrement développé de l’autre côté des Alpes ces dernières années. Selon la Coldiretti, premier syndicat agricole transalpin, il est cultivé sur 1,8 millions d’hectares et permet l’embauche de 72.000 travailleurs, un vrai bond depuis 2013 avec une augmentation de 40% de ce type de culture. 

L’Italie est par ailleurs championne des appellations contrôlées. Selon un rapport publié en 2017 par l’ISMEA, la Péninsule compterait 818 appellations sur 3 005 dans le monde. L’Italie est également en tête de l’Union Européenne avec 307 produits d’appellation protégée contre 247 pour la France.  

"J’attends que mon huile soit classée, explique Christian. Je suis également goûteur d’huile ce qui me permet de travailler sur les exigences liées à la qualité du produit. L’avenir de l’Italie est là."

Valoriser ses produits, une spécialité toute italienne. Véritable fleuron de l’industrie transalpine, l’agroalimentaire italien s’exporte notamment très bien. 

Ce qui fait la différence en Italie, c’est la connaissance du produit et sa capacité à le vendre, explique le chercheur Carmine Garzia, enseignant à l’université des Etudes gastronomique, une université spécialisée dans le secteur de l’alimentation située à Pollenzo (Nord). L’entrepreneur italien est particulièrement doué pour raconter des histoires, ses traditions.

Christian Gastaldi confie : “"En Italie, il y a beaucoup de circuits qui viennent soutenir l’agriculture comme le Slow Food qui sensibilise les gens à la nécessité de consommer local. Que veulent les gens aujourd’hui? De la qualité. On est en plein dedans!"

Il poursuit : "Nous allons dans les écoles, nous organisons des événements locaux comme des soirées électros au milieu des oliviers. On sait qu’à un moment ou l’autre, on récupérera les fruits."

Christian (à gauche) travaille avec son père . En Italie, l'entreprise est souvent une affaire de famille.
Christian (à gauche) travaille avec son père . En Italie, l'entreprise est souvent une affaire de famille. F.Z.

travailler en famille pour réduire les coûts

Chez les Gastaldi, on travaille en famille. Justement ce matin, le père de Christian nettoie les terrasses, il faut couper les branches, libérer les arbres, rassembler le bois qui sera ensuite vendu, “l’olivier étant un excellent combustible.”

La famille est une vraie force de travail, explique Domenico Cersosimo. Les proches sont des travailleurs fiables, disponibles, flexibles, polyvalents. Des travailleurs qui par ailleurs ne coûtent pas cher, voire ne coûtent pas du tout.

La France en revanche, selon un rapport d'Agreste, l'organisme de statistiques du ministère de l'Agriculture, enregistre une baisse de la main-d'œuvre familiale au profit d'une main-d'œuvre salariée. 

Travailler en famille, aiment à souligner les professionnels italiens, c’est être très soudé mais également gagner en souplesse et en réactivité. 

Le jeune agriculteur souhaiterait transformer cette petite bâtisse en agritourisme et diversifier l'activité.
Le jeune agriculteur souhaiterait transformer cette petite bâtisse en agritourisme et diversifier l'activité. F.Z.

Les Italiens, champions des aides européennes

Christian Gastaldi est également président de la section jeunes de l’AGIA en Ligurie, l’un des principaux syndicats agricoles italiens. “Notre action s’inscrit dans un programme de développement rural qui nous permet d’obtenir des fonds.” 

Depuis 2019, les murs secs, une technique antique qui consiste à assembler les pierres sans liant et qui structurent les terrasses sont classés patrimoine de l’Unesco. “L’Union européenne nous verse des fonds pour protéger ce patrimoine. C’est très important pour nous d’inscrire nos cultures dans l’histoire du territoire.”

Des aides qui encouragent les jeunes agriculteurs comme les 700 millions d’euros que la banque européenne d’investissement (BEI) versera prochainement à l’Italie et qui viendront soutenir, entre autre, les jeunes agriculteurs, notamment dans l’accès aux prêts. Cette nouvelle génération d'agriculteurs est très organisée, elle sait tirer profit des aides, s’accorde à dire la Coldiretti. 

Ce que je note chez les jeunes, remarque Christian Gastaldi. C’est qu’ils sont tous animés par la passion du produit et du territoire. Pour nous, ça a une forte valeur ajoutée car la gastronomie italienne est mondialement reconnue.

Une force de frappe que l’autre côté des Alpes entend bien valoriser.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.