Rubriques




Se connecter à

Comment cette association vient en aide aux familles dont un proche a disparu

Chaque année en France, environ 40.000 disparitions sont signalées aux forces de l’ordre. "Plus de 30.000 personnes sont retrouvées" estime le ministère de l’Intérieur. Une association vient en aide aux famille.

Elodie Antoine Publié le 05/12/2021 à 10:00, mis à jour le 05/12/2021 à 10:53
Ces personnes ont disparu dans le Var et les Alpes-Maritimes entre 1982 et 2021. Photos DR

Nous rencontrons Marie-France et Chantal à l’abri des regards. Elles préfèrent rester discrètes. Toutes deux sont membres de l'ARPD (Assistance et Recherche de personnes disparues) fondée en 2003.

L'une a rejoint récemment l'association après avoir visionné une émission de télévision et l'autre y est depuis quelques années déjà et a plusieurs dossiers* en cours. "J'en ai eu 13 cette année et encore deux ou trois de 2020", précise Marie-France.

Chantal, c'est le côté "enquête" qui l'a intéressé et le fait d'aider les autres. Tout le monde ne peut pas intégrer l'association, mais une grande partie de ses membres à travers l'Hexagone sont à la retraite. Marie-France parle couramment anglais et italien et ce serait la seule de l'association dans la région. Un plus lorsqu'on vit dans une zone frontalière, car cela lui permet parfois de trouver des informations sur l'itinéraire de la personne. Dans chaque pays, il existe un ou plusieurs groupements semblables à l'ARPD. 

Des enquêtes difficiles

Ce sont les familles ou amis des disparus qui se tournent vers l'association, lorsque les recherches par les forces de l'ordre ne sont plus aussi actives qu'elles ne l'étaient et que les mois, voire les années ont passé. "Il est très compliqué de retrouver des personnes qui ont disparu depuis des années, concède Marie-France. Mais nous essayons tout de même".

Après une première prise de contact, les recherches démarrent. Les hôpitaux, gendarmeries, commissariats, pompiers sont appelés les réseaux sociaux scrutés, des avis de recherche sont passés et des coups de fil donnés. 

"Il n'est pas toujours facile d'obtenir des informations, développe Chantal. Surtout du côté des hôpitaux ou des forces de l'ordre". "Il y a des anciens policiers qui rejoignent l'association, ce qui nous permet d'obtenir certaines informations", confie l'une des enquêtrices. Marie-France réagit: "Parfois on nous prend pour des amateurs et les gens se demandent pourquoi on vient mettre notre nez dans tel ou tel dossier".

Un soutien pour les familles

Pour autant, des informations, ils en obtiennent. Et lorsque c'est le cas, les familles et leur avocat en sont informés, les gendarmes aussi. "On arrive à retrouver des gens. Mais ce sont des petites disparitions qui se résolvent en une semaine. Comme des personnes atteintes d'Alzheimer et il y a aussi ceux qui ne veulent pas être retrouvés. On peut juste dire aux familles qu'ils sont vivants. Il faut respecter le choix de la personne", précise Marie-France.

Être à l'écoute des familles, c'est aussi ça et surtout le rôle des membres de l'association comme l'explique l'enquêtrice. "Une disparition est éprouvante pour les familles, car elles espèrent toujours. Certaines nous appellent beaucoup". Parfois nous les rencontrons, parfois non". Chantal se souvient de cette dame qui lui téléphonait très souvent et qui lui racontait énormément de choses sur sa vie. Pour donner des pistes ou simplement parce qu'elle avait besoin de se confier à quelqu'un. C'est important pour les proches de la personne disparue.

"Ces familles mettent énormément d'espoir en nous", renchérit-elle. Tous les jours dans le groupe Facebook de l'association des avis de recherche sont publiés. Que les personnes aient disparu récemment ou non. Une manière de montrer qu'on ne les oublie pas et que les recherches puissent continuer malgré tout. 

* L'ARDP a entre les mains 18 dossiers dans la région Paca, 3 dans le Var et 5 dans les Alpes-Maritimes.

Contact Paca: arpd.regionsudpaca@gmail.com

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.