Colère en Ecosse après la nomination d'un homme pour promouvoir la gratuité des tampons et serviettes périodiques

La nomination d'un homme pour promouvoir l'accès désormais gratuit en Ecosse aux tampons et serviettes périodiques a provoqué mercredi de nombreuses critiques, l'ancienne joueuse de tennis Martina Navratilova dénonçant notamment une décision "ridicule".

AFP Publié le 17/08/2022 à 18:43, mis à jour le 17/08/2022 à 18:50
Illustration. Photo AFP

Ces produits doivent depuis lundi être mis à disposition gratuitement par les collectivités locales et les établissements scolaires écossais pour toutes les femmes, à la faveur d'une loi contre la précarité menstruelle votée en novembre 2020 et présentée par les autorités écossaises comme une première au monde.

Mais à Dundee, ville au nord d'Edimbourg, c'est un homme qui a été choisi pour faire la promotion de cette loi, en tant que tout premier "officier de la dignité des règles", nommé pour deux ans.

Jason Grant, ancien entraîneur personnel tout en muscles, est chargé de promouvoir la nouvelle loi dans les écoles, collèges et universités et de s'assurer de son bon financement. Il doit aussi encourager à des discussions sur les règles et la ménopause.

 

"C'est complètement ridicule", s'est offusquée Martina Navratilova sur Twitter. "Est-ce que nous avons jamais essayé d'expliquer aux hommes comment se raser ou prendre soin de leur prostate? C'est absurde".

"Je n'arrive pas à comprendre comment quelqu'un a pu penser que c'était une bonne idée de nommer un mec", a twitté Susan Dalgety, chroniqueuse de presse et militante des droits des femmes.

Jason Grant a lui déclaré que le fait d'être un homme l'aiderait "à faire tomber les barrières, à réduire la stigmatisation et à encourager des discussions plus ouvertes. Bien qu'elles affectent directement les femmes, les règles sont un problème pour tout le monde", a-t-il twitté après sa nomination.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.