“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cinq heures de galère pour quinze jeunes migrants

Mis à jour le 18/03/2017 à 05:21 Publié le 18/03/2017 à 05:21
C'est le moment de se quitter. Après plusieurs heures d'attente à Breil-sur-Roya, quinze jeunes migrants ont été transférés dans un foyer à La Trinité.

C'est le moment de se quitter. Après plusieurs heures d'attente à Breil-sur-Roya, quinze jeunes migrants ont été transférés dans un foyer à La Trinité. R.M.

Cinq heures de galère pour quinze jeunes migrants

Ils ont été transférés hier vers un foyer au col d'Èze, après cinq heures d'attente sous un abribus en face de l'hôpital de Breil-sur-Roya, entourés par les bénévoles de Roya Citoyenne

Ils sont quinze. Quinze migrants. Tous mineurs. Leurs bagages tiennent dans des cabas de supermarché en plastique. Ils sont à peine remplis. Les jeunes sont serrés les uns contre les autres, comme dans un réflexe de protection.

Aucun d'eux ne sourit. Ils iront dans un foyer à Nice, à Antibes ou ailleurs. Ils ne le savent pas encore. C'est une nouvelle épreuve vers l'inconnu, que va affronter un gamin de 12 ans. C'est le plus jeune de tous. Il ne lâche que rarement le bras d'un de ses copains de galère. Le plus âgé du groupe a 17 ans. Tous sont silencieux, immobiles, et même très sages.

Ils sont entourés de bénévoles de l'association Roya Citoyenne. Parmi eux, Cédric Herrou, qui a logé la plupart des mineurs qui partent ce matin-là. Ils sont un petit réseau à héberger, nourrir, soigner ces migrants. Des migrants qui s'engouffrent dans la vallée, croyant se rapprocher de Paris. Des passeurs leur ont expliqué qu'en laissant la mer dans leur dos au sud, et en marchant vers les cimes au nord, ils trouveront les routes du paradis,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct