Rubriques




Se connecter à

Avec le nouveau vaccin Novavax sans ARN, combien faut-il d'injections ?

La rédaction Publié le 22/01/2022 à 16:29, mis à jour le 22/01/2022 à 16:08
Illustration. Photo AFP

Question de MALAUFA37

Avec le nouveau vaccin non ARN, combien faut-il d'injections ?

Bonjour Malaufa37, 

Votre question fait certainement référence au vaccin Novavax, le dernier autorisé en France. Vendu sous le nom de Nuvaxovid, le Novavax est un vaccin dit "sous-unitaire". Ce qui signifie qu'il contient une composante du virus (et non le virus entier comme les vaccins les plus classiques), introduite dans l'organisme pour déclencher une réponse immunitaire.

C'est sur cette technique que se basent les vaccins contre la coqueluche, la méningite à méningocoque et l'hépatite B. Celui de Janssen, déjà utilisé en France, emploie la technique du "vecteur viral" (un autre virus, de la famille des adénovirus, est utilisé comme plateforme). 

 

Deux doses espacées de trois semaines

Dans son avis, la HAS indique que Novavax est autorisé pour une utilisation en primo-vaccination chez les personnes âgées de 18 ans et plus. "Le schéma de vaccination nécessite l’administration de 2 doses espacées de 3  semaines, par voie intramusculaire, de préférence dans le deltoïde (muscle du bras)". 

Alors que le schéma de primo-vaccination du vaccin Nuvaxovid nécessite l’administration de 2 doses, la HAS considère que les personnes ayant reçu une première dose d’un autre vaccin contre la Covid-19 (ComirnatySpikevaxVaxzevria ou Janssen) et qui refusent ou ne peuvent pas recevoir une seconde dose du même vaccin pour compléter leur schéma vaccinal initial, peuvent recevoir leur 2ème dose avec le vaccin Nuvaxovid. 

Offre numérique MM+

Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.