Rubriques




Se connecter à

Après les annonces d'Emmanuel Macron, voici les secteurs qui pourraient recruter d'ici à 2030

Le président Emmanuel Macron a dévoilé, ce mardi 12 octobre, un plan d'investissement de 30 milliards d'euros sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d'avenir en France. On fait le point sur les secteurs qui bénéficieront de ces investissements et qui risquent de recruter dans les années à venir.

La rédaction Publié le 13/10/2021 à 12:15, mis à jour le 13/10/2021 à 12:38
La décarbonation de l'industrie est l'un des objectifs annoncés par Emmanuel Macron. Photo AFP

C'est un plan à 30 milliards d'euros d'investissement, qui comprendra le développement de certains secteurs et la formation des personnels. Ce mardi 12 octobre, Emmanuel Macron a dévoilé son plan "France 2030", une vision de ce que doit être, pour Emmanuel Macron, l'industrie française, d'ici à 2030.

Dix objectifs ont été énoncés par le chef de l'Etat et de nombreux secteurs sont visés par ces investissements : nucléaire, agriculture, intelligence artificielle... Des secteurs qui pourraient massivement recruter d'ici quelques années. Voici lesquels. 

Deux milliards d'euros dans la formation 

Une récente étude de Dell et l’Institut pour le futur, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. Il faudra, de fait, les créer, former et aider les salariés de certains secteurs à la transformation de leur métier. Sur ce volet, dans l'enveloppe totale du plan d'investissements "France 2030", deux milliards d'euros devraient être consacrés à l'adaptation des formations, selon le ministère du Travail, qui va lancer un "appel à manifestation d'intérêts" d'ici la fin de l'année.

"Ce sont deux milliards pour moderniser l'appareil de formation, afin de former des jeunes et des salariés aux métiers des secteurs ciblés par France 2030", a indiqué à l'AFP le cabinet d'Elisabeth Borne. La cible sera tous les niveaux de qualification, formation initiale ou continue. En rythme de croisière, l'objection sera d'atteindre la formation de 400.000 personnes par an.

 

Dans l'industrie et l'aéronautique

Au total, ce sont 8 milliards d'euros qui seront investis dans l'énergie. Qu'elle soit nucléaire et à base d'hydrogène vert. Sur cette somme, un milliard d'euros visera à développer des "technologies de rupture" dans le domaine du nucléaire. Pour le président, "l'objectif numéro un" est de faire émerger des réacteurs nucléaires de petite taille et de mieux gérer les déchets nucléaires. 

Le président a aussi fixé l'objectif d'"investir dans le recyclage" pour "réduire notre dépendance". En particulier, il souhaite "faire émerger un acteur français du recyclage chimique enzymatique". Le chef de l'Etat veut aussi accélérer en France "le recyclage des terres rares" nécessaires à la transition énergétique et à la fabrication des batteries.

La France doit également envisager la construction de "deux giga-factories d'électrolyseurs" pour devenir "leader de l'hydrogène vert" en 2030, ce qui permettra la "décarbonation de l'industrie". Les secteurs de l'acier, du ciment et de la production chimique ont notamment besoin d'hydrogène vert pour remplacer les énergies fossiles. La décarbonation de l'industrie devra passer par l'hydrogène, qui devrait voir son secteur se développer grandement. 

Les transports de demain, ainsi que les nouvelles mobilités, sont au cœur des discussions depuis des années. Avec le plan de l'UE qui vise à réduire de moitié ses émissions de CO², il faudra adapter nos déplacements et la façon dont nous utilisons les motorisations. Ainsi, la France va investir 4 milliards d'euros pour développer de nouveaux moyens de transport. Deux millions de véhicules électriques et hybrides devraient voir le jour en France, tout comme la mise en service du premier avion bas carbone. 

Agriculture et environnement 

Emmanuel Macron souhaite investir 2 milliards d'euros dans des innovations de "rupture" dans l'agriculture, en particulier dans la robotique, le numérique et la génétique. L'objectif est de "continuer à produire pour nous nourrir", en améliorant la "qualité de l'alimentation" et la "compétitivité", tout "en baissant les émissions de CO2".

Plus précisément, ces investissements doivent permettre de "décarboner la production" agricole, "sortir de certains pesticides", "améliorer la productivité" et développer "des productions plus résilientes et plus solides dans les bio-solutions". L’agence de la transition écologique Ademe prévoit d'ailleurs la création de 400.000 emplois liés à la transition énergétique d’ici 2030.  

 

Dans le secteur de la santé et de la recherche 

Dans le secteur de la recherche et de la santé, la France ambitionne de redevenir le pays numéro. Elle va donc consacrer 3 milliards d'euros au domaine de la santé. Le pays doit se donner comme objectif d'avoir d'ici à 2030 "au moins 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies émergentes et les maladies chroniques dont celles liées à l'âge", a indiqué le président. 

Les biomédicaments regroupent une grande variété de thérapies (produits pour la thérapie cellulaire, la thérapie génique, les hormones). Ils sont produits à partir du vivant, contrairement aux médicaments plus classiques fabriqués chimiquement, ce qui rend leur production plus complexe et plus chère. 

La France doit aussi créer les "dispositifs médicaux de demain". Nul doute que dans ce secteur, le développement des nouvelles technologies et l'élan de la e-santé pourrait voir de nouveaux métiers se créer et de nouvelles formations arriver. 

Les nouvelles technologies 

Emmanuel Macron a annoncé "près de 6 milliards d'euros" d'investissements pour "doubler" la production électronique de la France d'ici 2030 et "sécuriser" son approvisionnement en puces. Le but est de doubler la production électronique d'ici à 2030 et "de construire une feuille de route vers des puces électroniques de plus petite taille pour rester un des leaders du domaine", a-t-il déclaré.

Mais à côté de la production de ces puces, de nouveaux métiers liés aux nouvelles technologies comme les data-analystes ou encore dans la cybersécurité devraient aussi voir le jour, tout comme les métiers liés à l'intelligence artificielle qui ne devrait cesser de prendre de la place dans nos quotidiens. 

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.